Capitalisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1966 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 février 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Le capitalisme tel que nous le connaissons aujourd’hui n’a pas toujours existé sous ses formes actuelles. Ainsi à côté de la logique de capitalisme pur, derrière laquelle on découvre un ensemble de formes qui se sont succédées chronologiquement à savoir le capitalisme mercantiliste, le capitalisme industriel et le capitalisme financier, apparait celle de la variété du capitalisme. Cette diversitéa d’abord consisté à ériger les différents systèmes nationaux en modèle idéal. Au fur et à mesure qu’on vantait les mérites de la variété du capitalisme, naquit une véritable compétition entre les différents systèmes nationaux afin de prouver leur valeur et d’imposer leur suprématie. A cette compétition, le modèle anglo-saxon semble être celui qui a réussi à tirer son épingle du jeu.
Initié auxEtats-Unis d’Amérique et en Royaume-Uni au début des années 80, le capitalisme anglo-saxon est orienté vers le libre marché et la libre entreprise. Ce modèle pose les préceptes qui forgeront un monde sans frontières : l’instauration du libre-échange et le lancement du processus de mondialisation, une politique monétaire restrictive qui fait de la lutte contre l’inflation l’objectif principal desbanques centrales indépendantes, une libéralisation des marchés de capitaux associée a la globalisation financière (elle-même caractérisée par la déréglementation, la désintermédiation et le décloisonnement), la déréglementation des monopoles publics accusés de s’approprier les rentes illégitimes, la flexibilité du marché du travail présentée comme seul remède au chômage etc…
La chute ducommunisme à la fin des années 80 ouvre une nouvelle page à la longue marche du capitalisme anglo-saxon qui va essayer de s’étendre encore plus vers l’Europe. On peut donc se demander dans quelle mesure les pays européens sont-ils prêts à accepter une nécessaire convergence vers un modèle dominant de capitalisme ? Il y a également lieu de se demander si une telle uniformisation des modèlescapitalistes est vraiment inéluctable, et même si elle est souhaitable ? C’est l’objet de cette dissertation. Pour y répondre nous parlerons dans un premier temps des différents modèles capitalistes et des principaux éléments de différences, des performances et effets pervers du modèle anglo-saxon. Ensuite nous dirons comment et pourquoi le modèle anglo-saxon s’est répandu en Europe et quelle est la réponsea cette expansion.





La pluralité du capitalisme est un sujet sur lequel plusieurs auteurs dont Michel Albert et Bruno Amable ont consacré des ouvrages.
Dans « Capitalisme contre Capitalisme » Michel Albert parle de la variété du capitalisme en renvoyant à deux modèles économiques : rhénan au capitalisme au capitalisme anglo-saxon.
Le premier serait fondé sur lapréoccupation du long terme, la prééminence de l’entreprise conçue comme une organisation associant capital et travail.
En effet le modèle rhénan repose sur un mode de financement dans lequel les grandes banques jouent un rôle plus important que la bourse. Cela favorise la vision à long terme. Il est aussi non seulement caractérisé par un système de partenariat avec les fournisseurs, les clientset les employés, mais aussi un partenariat entre les puissants syndicaux patronaux et salariaux qui limite les conflits du travail et les interventions directes de l’Etat dans la vie des entreprises. La protection sociale est développée et la politique de stabilité monétaire est gérée indépendamment des gouvernements. Ce modèle, initié par l’Allemagne s’appliqueraient aussi à plusieurs pays del’Europe du nord, a la Suisse.
Le modèle anglo-saxon quant à lui, comme nous avons déjà indiqué dans notre introduction se distingue par le rôle prépondérant que jouent les marchés financiers dans le monde de financement, c’est-à-dire davantage de financement par les actions que par la dette ; la détention du capital des entreprises majoritairement par des investisseurs intentionnels, la...