Caravane et nomadisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 28 (6887 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L2/ Sociologie de l’habitat/ Nathalie Mercier Rémi Granet & Clémentin Rachet

Caravane et nomadisme
L’expression «gens du voyage» est utilisée pour désigner de façon générale les peuples qui se caractérisent par un mode de vie non sédentaire. Ce mode de vie est induit par une façon d’habiter. Il nous a semblé intéressant de nous pencher sur cet habitat mobile et minimal que constituent lacaravane et le camping car et à la façon d’y vivre. Qui sont les habitants des caravanes ? Quelles relations entretiennent les nomades avec les sédentaires ? Comment les caravanes et camping cars sont il conçus pour permettre la vie dans des espaces si réduits ? Nous tenterons dans une première partie de définir cette population dite «nomade» avec son histoire et nous montrerons que l’usage del’habitat mobile ne se limite pas à cette population. Dans une seconde partie, nous nous pencherons sur l’enjeu que constitue le stationnement de ces populations en France et les relations entre nomades et sédentaires. Puis, dans une troisième partie, nous analyserons plus particulièrement un camping car et une caravane. Enfin, à partir d’une étude de cas, nous verrons comment s’organise la vie dans cetype de logement.

1

Sommaire :

Partie A : Qui sont les habitants des caravanes ? Partie B : Les relations entre nomades et sédentaires Partie C : Analyse d’une caravane et d’un camping car Partie D : Etude de cas : Enquête d’action Conclusion Sources:

pages 3 à 10 pages 11 à 13 pages 14 à 16 pages 16 à 18 page 19 page 20

2

A . Qui sont les habitants des caravanes ?
1. Les gens duvoyage
Une histoire mystérieuse L’histoire des gens du voyage en France fait encore aujourd’hui l’objet de nombreuses questions du fait de la multiplicité ethnique de cette population. Nous évoquerons dans ce qui suit les grandes lignes d’une histoire si complexe qu’il faudrait plusieurs années d’études pour en saisir l’étendue. Les premiers nomades en France sont apparues en Hongrie et dans lenord de l’Allemagne dès 1417, et en France en 1419 à Mâcon. Leurs membres disaient venir de «Petite Egypte», nom donné à un quartier de Modon qui se trouve en Grèce, d’où leur appellation d’«Egyptiens». Ils sont également appelés « bohémiens» ou «sarrasins» en ce XV ème siècle marqué par un contexte de schisme et d’hérésies qui divisent l’Europe. Ces individus racontent que le pape leur auraitinfligé en guise de pénitence d’avoir à errer pendant 7 ans. Puis une autre légende apparaît : certains « Egyptiens» auraient refusé l’hospitalité à la Sainte Famille en route pour Bethléem, avant la Nativité. Leur descendant auraient été puni et condamner à mener une vie errante. En 1529, un édit frappe de bannissement le fait d’être «bohémien» et des arrêts comdamnent les tziganes aux galères. En1682 , Louis XIV signera «la déclaration du Roi contre les Bohémiens», par laquelle il menaçait de sanctions quiconque les accueillerait. La sanction est la déportation dans les colonies : Brésil, Angola , Inde... Les termes de «Sarrasins» , «Egyptiens» ou «bohémiens» utilisés dans le passé pour désigner les populations nomades ne le sont plus aujourd’hui. De ce fait, il convient de s’interrogersur la théorie que cette population aurait une origine commune étant donné les grandes événements, sociaux notamment, qui ont poussés sur les chemins d’Europe de nombreux exilés, comme les Albanais, les Yougoslaves et les Tchèques. Au XIX ème siècle en particulier, on ne pouvait distinguer les troupes de nomades , des errants, des exilés venus de tous les pays d’Europe, des pionniers qui partaitvers les Etats Unis. Entre 1860 et 1914, la population de ce pays passe de 31,3 à 91,9 millions d’habitants dont 21,9 millions de migrants. La France, par sa position de pointe occidentale est concerné par ces mouvements de population puisque plus de 400 000 vagabonds y sont estimés en 1898 par le ministère de l’Intérieur. AU XX ème siècle, le génocide hitlérien fait environ 400 000 victimes....
tracking img