Cas clinique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2385 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le cas de Marie
Auteur : Jean-Pierre BÈGUE, Psychanalyste

« J’ai toujours peur que mon fils prenne froid et qu’il tousse »
Poussée par son mari qui menace de divorcer, Marie, une jeune femme d’une quarantaine d’années, s’est décidée à entreprendre une psychanalyse pour se débarrasser de l’obsession qui lui gâche la vie et celle de sa famille. Les séances qui vont suivre, choisies pour leurintérêt clinique, montrent que l’obsession de Marie a un sens mais que ce sens lui est difficilement accessible dans la mesure où le symptôme obsessionnel dont elle souffre a pour fonction de lui éviter la reconnaissance et la confrontation avec des sentiments inconscients inadmissibles pour sa conscience morale.
Lors de notre premier entretien, Marie m’explique longuement ce qu’elle ressent. Ellea toujours peur qu’il arrive quelque chose à son fils mais surtout qu’il prenne froid et tousse. Comme elle redoute en permanence une atteinte de ses poumons, elle met tout en œuvre pour lui éviter de prendre froid. Le matin, dès qu’elle se lève, elle regarde la température extérieure et la vérifie plusieurs fois pour ne pas se tromper ; la veille elle regarde les prévisions météo à la télévisionpour connaître l’évolution de la température au cours de la journée du lendemain. Elle impose à son fils de prendre un pull supplémentaire dans son sac au cas où la température viendrait à chuter ; il sait que s’il avait froid, il doit impérativement l’appeler sur son portable. Par ailleurs elle lui demande sans arrêt s’il n’a pas froid ; si la fenêtre est entrebâillée elle lui demande s’il nesent pas l’air sur lui. La nuit elle se réveille plusieurs fois pour écouter s’il ne tousse pas, il lui arrive même de se lever pour aller vérifier qu’il n’est pas découvert dans son lit. Quand la famille séjourne à la montagne dans sa maison l’été, elle est toujours aussi inquiète et elle ne parvient pas à se détendre même quand il fait beau et chaud, elle pense aux écarts de température importantsentre le matin et le soir, et entre l’extérieur et l’intérieur dans la journée. Elle oblige son fils à mettre un pull quand il rentre dans la maison, son mari lui dit qu’elle est folle, il lui montre le thermomètre qui marque 25 degrés. Un été où son fils avait pris froid et avait toussé plus que d’habitude, elle était tellement inquiète qu’elle lui avait fait un maillot en fourrure pour mettresous sa chemise. J’apprends, pendant cet entretien, que son fils a 10 ans, qu’elle a une fille de 12 ans et que son mari informaticien est peu présent en raison de son travail. Quant à elle, elle s’occupe des enfants. Elle me parle également de sa famille d’origine : son père pharmacien, sa mère chimiste et son frère âgé de 8 ans de plus qu’elle.
Après quelques séances consacrées aux inquiétudesrelatives à son fils, Marie évoque son enfance au cours de laquelle il y a eu une période où elle a souhaité être un garçon comme son frère parce qu’elle le trouvait fort et beau et aussi parce qu’il était plus avantagé qu’elle : sa mère lui trouvait toujours des excuses quand il faisait des bêtises et elle ne lui demandait jamais de participer aux tâches ménagères. Quant à son père, il considéraitimplicitement son frère comme plus intelligent parce qu’il était très fort en maths, il avait toujours des très bonnes notes, ce qui n’était pas son cas, elle était rêveuse et attirée par les livres dans lesquelles elle trouvait une compensation au manque d’amour qu’elle ressentait. Elle aimait beaucoup son frère et aurait voulu qu’il s’intéresse à elle mais il se moquait d’elle et la repoussaitla plupart du temps quand elle voulait jouer avec lui, les rares fois où il avait bien voulu, elle avait été vraiment heureuse. Elle rapporte un rêve dont elle se souvient : elle est au jardin d’acclimatation, elle marche avec son frère, il la tient par la main, ils sont assis dans la barque de la rivière enchantée, puis elle est sur un cheval de bois avec lui, le manège tourne vite, elle mange...
tracking img