Cas fauchon veille et buzz

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9109 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Veille informationnelle et Buzz Cas FAUCHON

Fauchon (traiteur)

|Création |1886 |
|Fondateur(s) |Auguste Fauchon |
|Activité(s) |alimentation de luxe |
|Site Web |http://www.fauchon.com/ |

Fauchon est une entreprise mondiale de gastronomie de luxe, vendant desproduits à sa marque dans toutes les catégories de l’agroalimentaire. Fondée en1886 à Paris, elle emploie aujourd'hui environ 200 personnes.

Historique

À l’origine, marchand de quatre saisons, puis négociant en vins et alcools, Auguste Fauchon a créé l'entreprise à son nom en 1886. Il a développé les magasins Fauchon à Paris, Place de la Madeleine dans le 8earrondissement. De par la qualitédes produits fabriqués par Fauchon et par ses nombreux fournisseurs attitrés, l’entreprise a rapidement acquis une notoriété internationale. « Fauchon s’impose comme la première épicerie de luxe de France ; On y trouve les produits les plus fins ou les plus inattendus » affirme le journaliste Jean-Michel Salvator en 19981.

« Pendant plus d’un siècle, Fauchon a régalé les riches et lescélébrités. La société parisienne a vendu son thé aux têtes couronnées, des pâtisseries aux politiciens et du caviar aux acteurs de cinéma. Quand leDuc et la Duchesse de Windsor se sont installé à Paris, ils sont devenus des clients réguliers de Fauchon, Place de la Madeleine. Quand les radicaux de 1968 ont voulu frapper fort contre le symbole de la décadence, ils ont pillé Fauchon pour distribuer son foiegras aux pauvres » rappelle l’auteur Matt Miller dans le Daily Deal2.

Robert Fauchon, le fils du fondateur et son gendre, en reprenaient les rênes et la troisième génération de Fauchon après eux, céda l’affaire en 1952 à Joseph Pilosoff, ancien propriétaire du Chocolat Poulain, des Ciseaux d’Argent à Saint-Cloud et Aux 100.000 Chemises à Paris. Joseph Pilosoff géra brillamment l’affaire Fauchonet commença un important partenariat avec la compagnie Air France ainsi qu’un développement à l’étranger avec l’ouverture de magasins à l’enseigne Fauchon, notamment au Japon, dès 1972, au sein des grands magasins Takashimaya. Après le décès de Joseph Pilosoff en 1981, sa fille reprend la direction de Fauchon. Elle meurt cependant dans un tragique incendie, dans les murs mêmes de l’entreprise,en décembre 1985. Sa fille Martine n’a alors que 33 ans lorsqu’elle se retrouve propriétaire de Fauchon avec son mari Philippe Prémat. Elle dirigeait jusque-là un club de gym à Marseille (voir l’interview de Martine Prémat dans Le Figaro3 et sa biographie4.).

La reprise par Martine Prémat s’avère cependant difficile. « Conjoncture défavorable, banalisation des produits, erreurs de gestion….L’enseigne chic n’a plus la pêche ; Fauchon, un épicier fauché » titre le magazine Capital en mai 1997, dans un important reportage consacré à l’entreprise, sa gestion et ses résultats. « La rumeur enfle dans le Paris de la gastronomie : Fauchon, fauché. Un coup d’œil sur les comptes de cette maison familiale suffit pour comprendre que la situation est préoccupante : son chiffre d’affaires stagnedepuis le début de la décennie autour de 250 millions de Francs (38 millions d’Euros). Et les pertes succèdent aux pertes avec des creux de 5 millions en 1991, 4,7 millions en 1993 et surtout 11,9 millions en 1996 pour un endettement de 73 millions de Francs (11 millions d’Euros) et des capitaux propres négatifs de 4,9 millions. »5 Eddy Murano, le journaliste de Capital, est particulièrement critiqueà l’égard de la stratégie d’entrée dans la grande distribution engagée par Fauchon : « Mais surtout, le traiteur a pris le risque, en 1993, d’effectuer un changement stratégique majeur pour son image. Une initiative qui a fait l’effet d’une bombe : l’épicier de luxe est entré dans la grande distribution. Carrefour, Auchan, Champion, Casino…. : On trouve aujourd’hui ses produits dans 110...
tracking img