Cas iphone

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2786 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Marketing et management international

Etude de cas : l’iPhone d’Apple

[pic]

I. Présentation générale :

A) Le marché de la téléphonie mobile :

Apple, une entreprise visionnaire :
[pic]

Apple est une entreprise culte dans le monde de l'informatique. Visionnaire et audacieuse, elle a réussi à se réinventer quand tout le monde la donnait pour morte. Adulée dans lesannées 80, menacée de disparaître quinze ans plus tard, Apple s'est définitivement relancée grâce à des produits rentrés dans l'histoire, comme l'ordinateur iMac, aussi bien réussi sur le plan technique qu'esthétique. A ce moment là, la firme de Cupertino a montré qu'en informatique, un "bien" pouvait aussi être "beau".

Forte d'une santé financière presque insolente, Apple s'estprogressivement ouvert à d'autres secteurs que l'informatique : la musique avec l'iPod et, plus récemment, à la téléphonie avec l'iPhone. Préférant se renouveler sans cesse plutôt que se laisser piéger par l'oubli, la marque à la pomme mise sur son dernier joujou technologique pour casser son image élitiste et s'ouvrir au plus grand monde, ce que l'iPod avait déjà amorcé de fort belle manière.

Lastratégie de commercialisation de l’iPhone vise à différencier l’offre d’Apple de celle des autres marques de PDA sur le marché. One of our primary customer targets is the middle-upper income professional that need one portable device to coordinate their busy schedules and communicate with colleagues, friends and family. Une des principales cibles est constituée des professionnels ayant besoind'un appareil portatif pour organiser leur agenda.Our secondary consumer targets are high school, college and graduate students who need one portable multifunction device.

La cible secondaire est composée d’étudiants de niveau supérieur ; l’objectif serait de remplacer leur iPod par l’iPhone.

Les opérateurs de téléphone mobile français cherchent de nouvelles voies :

Bonnet d’âne de latéléphonie mobile. C’est bien ce que semble être la France en Europe. Evalué fin septembre dernier à 84% par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), le taux de pénétration de la téléphonie mobile en France est parmi les plus bas d’Europe. En comparaison, il atteint 150% en Italie (pays où il est le plus élevé), la moyenne européenne se situant à 115%.« Il n’y a pas de raison forte qui expliquerait cette particularité » affirme Stéphanie Pittet, analyste au Gartner Group. Les prix peut-être ? « Ils ne sont pas plus élevés en France que dans le reste de l’Europe. En revanche, il y aurait plutôt une multitude de faits qui, mis bout à bout, expliqueraient cette situation. »

La première, la présence de seulement trois opérateurs enFrance, alors qu’ils sont cinq en Allemagne et quatre au Royaume-Uni, en Hollande ou en Italie. En effet, cette situation entraverait plutôt la libre concurrence au détriment du consommateur

B) Le lancement de l’iPhone :

En France, l’iPhone passe la l’Orange :

Suspens haletant, rebondissements en série : le lancement de l’iPhone est le feuilleton de l’année. Avec, dans le premierrôle, Steve Jobs, big boss d’Apple.
Rappel des faits. Depuis 2005, les rumeurs circulaient à propos de la sortie d’un téléphone Apple. Le constructeur restait muet lorsqu’on l’interrogeait. Le 9 janvier dernier, présentation en grande pompe de l’iPhone qui « réinvente le téléphone mobile ». L’appareil sera disponible aux Etats-Unis pour le 29 juin et « plus tard » dans le reste du monde. AuxEtats-Unis, Apple choisit AT&T pour le commercialiser, demandant de se voir renverser une partie des recettes générées par l’utilisation de l’iPhone. Une première marque dans la téléphonie. Quel montant ? « Impossible à savoir, se désole Agnès Carpentier, rédactrice en chef adjointe de Mobiles Magazine. Appel et AT&T sont restés suets sur le sujet. » Officieusement, on parle de 10% de reversement....
tracking img