Cas manchester

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1740 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Management stratégique

Etude de cas Manchester United

1ère question :
Le gouvernement d’entreprise désigne les structures et les systèmes de contrôle qui définissent les responsabilités des managers à l’égard des parties prenantes d’une organisation. Il n’englobe pas seulement le pilotage et la prise de décision, mais englobe aussi le législatif (définition des règles), et lejudiciaire (contrôle).
En Août 2000, Peter Kenyon prit la succession de Martin Edwards au poste de directeur général. Celui-ci a beaucoup de puissance dans la direction du club Manchester United. Cependant d’autres entités restent tout de même puissantes comme les médias.
Cette société possède un conseil d’administration qui détient à sa tête un directeur général. Ce conseil d’administration a pourcharge d’approuver ou de rejeter les décisions importantes, comme le transfert de joueur
Le club de football Manchester United, peut être défini par le gouvernement d’entreprise étendu à de multiples parties prenantes (stakeholders model). En effet, cette société engendre des richesses qui ne seront pas réparties uniquement entre les actionnaires, principaux destinataires de cesrichesses, mais également à d’autres parties prenantes. Ces autres parties prenantes sont notamment les joueurs, qui, par leur salaire et leurs primes de transfert profitent directement du niveau de richesse du club où ils évoluent. Il en est de même pour les supporters, qui ne bénéficient pas de la richesse du club en termes d’argent, mais ils auront le plaisir de voir dans leur club riche les plusgrandes stars, et généralement une augmentation des moyens financiers permet l’obtention de meilleurs résultats sportifs. Cependant ce n’est pas toujours le cas, en effet lorsque trop de grande star coexistent, le jeu de club, usé par des egos surdimensionnés peut se trouver défaillant, d’autant plus que les célébrités seront moins concentrés sur leurs performances sportives que sur leur notoriété,leur pouvoir de séduction, le m’as-tu-vu et les spots publicitaires.
Certains clubs peuvent néanmoins prospérer dans le but de satisfaire une catégorie de parties prenantes en particulier les investisseurs, comme le milliardaire Roman Abramovich, mécène et « propriétaire » du club de Chelsea.
Dans le cas présent, on se demande si l’aspect gestion et business ne prend pas le dessus parrapport au sport et à la passion.
D’un coté, cette forme de gestion permet de donner le meilleur aux joueurs (structures, coachs, salaires) Mais cela suppose une dépendance accrue à la vente de produits dérivés et autres que la vente de billets pour les matchs. Est-ce éthique ou non ?
Cela a également eu un impact sur des clubs plus petits qui, en tentant de suivre le même modèle se sont mis dansdes situations délicates.
Il faut donc savoir ou l’on cherche à aller, que ce soit au niveau de l’organisation du club, des buts que l’on recherche, ou de l’image que l’on souhaite donner.

2ème question :
La cartographie des parties prenantes identifie les attentes et le pouvoir de chaque groupe d’ayants droit, ce qui permet d’établir des priorités politiques.

Voici maintenant lacartographie des différentes parties prenantes.

| | |
|Effort minimal |A garder informés |
| | |
||Les supporters |
| | |
| |Médias |
| |...
tracking img