Cas d'etude enron

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2150 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ENRON: diagnostic d’un anti-modèle
1/ Caractéristiques et évolution de l’environnement
Dés sa fondation en 1985 le groupe ENRON est confronté à un environnement paradoxale marqué par les caractéristiques suivantes.
Développement du trading énergétique
A partir des années 1980 on constate des nouvelles conditions des marchés de ce métier.En conséquence des deux chocs pétroliers en 1973 et 1979 le trading énergétique passe une prèmiere phase de développement, notamment grâce à la diversification
des sources d’énergie (1979 -1985).
La seconde phase de développement s’ensuit à partir de 1985 grâce à la globalisation des échanges commerciaux et financiers (p.ex. l’abaissement des barrières douanières),à la multiplication desmarchés libres de produits pétroliers et à le dérégulation des marchés nationaux sous l’influence des thèses libérales de l’Ecole de Chicago et des doctrines politiques du reaganisme (USA) at du thatcherisme (GB).
Puis, le marché entre dans une troisème phase de développement marquée par l’évolition du commerce en ligne des sources d’énergie. Ce développement est nommé la sophistication destechniques.
La base de ce développement se constitue de l’évolution des places de marché électroniques (internet market places) permettant une échappe des transacions au contrôle des autorités américaines.
Ce qui est important est que le marché du trading s’est fortement transformé dans cette phase (émergence des marchés virtuels, etc).
Ajoutons que la mobilisation, notamment par des actions delobbying, des traders a installé un vaste réseau d’influence dans les milieux professionnels de l’énergie, de la finance, de l’audit, dans les sphères politiques, administratives et médiatiques.

Modes de management: Gestion value”– Gestion growth
On constate deux modes dominants dans les secteurs de l’énergie et de la nouvelle économie apparue dans les années 1990.
* La Gestion value:
L’approchevise à répondre aux exigences des actionnaires dominants. On parles des intérêts des shareholders qui s’opposent aux intérêts des stakeholders (salariés, fournisseurs, fiscalité, état etc). Contrairement à la gestion growth, qui privilégie la croissance immédiate ou future, la gestion value préfère les entreprises en décalage par rapport à leur valeur d’actif net, en retard par rapport aux ratiosfinanciers de leur secteur ou qui distribuent de généreux dividendes.
* La gestion growth
Cet approche met l’accent sur la croissance immédiate ou future. Le stratégie vise donc à soutenir les cours boursiers.
Modèles de corporate governance
En conséquence des pression de la côté des shareholders il se développe une théorie du gouvernement d’entreprise. Celle s’oppose paradoxalement auxcaractéristiques du développement du trading énergétique décrites ci-dessus. La théorie favorise la nomination d’admnistrateurs indépendants, de commissions d’audit des comptes, d’éthique, de désignation et de rétribution des administrateurs. Elle met également l’accent sur l’intérêt social, i.e. l’intérêt global des différentes parties prenantes, les stakeholders.
L’émergence de ce modèle a pourconséquence la création des règles applicables par les firmes internationales, notamment les référentiels nationaux (GAAP pour les Etats-Unis, IFRS en Europe), les normes sectorielles et les conventions comptables propres à chaque société.
De surcroît, de multiples courants éthiques émergant aux Etats-Unis dès les années 1970 (A. Smith, M. Weber) fondés sur l’économie de marché et l’éthiqueprotestante ont pour conséquence l’émergence d’une responsabilisation sociale de l’entreprise. Celle a un fort impact sur le cadre législatif aux Etats-Unis.
La concurrence
L’environnement est marqué par une forte concurrence. Bien qu’on constate une forte volatilité des nouveaux marchés plusieurs acteurs se diversifient dans le métier de trader énergétique à l’instar d’ENRON. On regroupe les...
tracking img