Catalogue de personnages

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3134 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Catalogue de personnages.

Aschenbach : héros de La mort à Venise (1912), nouvelle culte de Thomas Mann (1875-1955) et archétype de la figure de l'artiste. Dans une Venise en proie au choléra, Aschenbach (qui évoque Gustav Malher) succombe à la fascination qu'exerce sur lui Tadzio, jeune adolescent qui lui apparaît l'incarnation de la beauté qu'il recherche. Thomas Mann, La mort à Venise,1913.

Bardami : engagé volontaire en 1914, il découvre l'horreur et l'absurdité de la guerre. Blessé et démobilisé, il part pour le Congo colonial puis l'Amérique. De retour, il exerce la médecine dans un dispensaire d'une banlieu misérable. Double de Céline, il raconte lui-même son histoire au moyen d'une langue argotique et crue. Céline, Voyage au bout de la nuit, 1933.

Claudine : un despersonnages les plus célèbres de la littérature française. Elle apparaît pour la première fois en 1900 dans Claudine à l'école, roman qui sera suivi de quatre autre ouvrages. Claudine est le double de sa créatrice, Colette, qui a mis dans ce personnage l'adolescente délurée et sensible de ses souvenirs d'une enfance heureuse à la campagne. Colette, Claudine à l'école, 1900.

« E » : La voyelle laplus fréquente de la langue française est l'héroïne involontaire du roman La disparition de Georges Perec, roman lipogrammatique construit sur une contrainte : le récit doit exclure l'usage de cette lettre ! L'intrigue policière est centrée sur une autre disparition, celle d'Anton Voyl, dont le nom donne la clé du récit. Geaorges Perec, La disparition, 1969.

Fantômas : héros de la littératurepopulaire qui fait sa première apparition dans Fantômas, paru en février 1911. fantômas est le génie du mal, l'être aux multiples visages, changeant d'identité et d'apparence. Il est traqué par son double, le commissaire Juve et le journaliste Fandor. Incarnant la part sombre de l'homme, il a fasciné les cinéastes. Souvestre et Bonnard, Fantômas, 1909.

Grand Meaulnes : héros adolescent, il découvrepar hasard un étrange domaine où se donne une fête mystérieuse et entrevoit une jeune fille, Yvonne de Galais, dont il s'éprend et qu'il épousera. Mais, lié par un pacte d'amitié, il doit s'éloigner. Quand il revient, des années plus tard, Yvonne est morte en accouchant d'une petite fille. Epris absolu, Meaulnes incarne la ferveur de l'adolescence, ses rêves d'aventure et sa soif de pureté.Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes, 1913.

Je : pronom héros d'innombrables récits conduits à la première personne, notamment l'autofiction. C'est surtout le « je » anonyme, frangile et déchirant des romans de Backett ( Beckett, L'innommable, 1953 ). Dépossédé de tout, le personnage beckettien se réduit en effet à un « je » qui parle pour tenter d'exister.

K : employé de banque modèle, K est arrêtéun matin sans raison. Durant tout le livre, il va s'efforcer en vain de connaître le motif de son inculpation . Il sera exécuté dans un terrain vague à la fin de roman. K est une métaphore de l'homme contemporain face à un système bureaucratique, absurde et totalitaire. Franz Kafka, Le Procès, 1925.

Lolita : Dolores Haze dite « lolita » est l'héroïne adolescente du roman de Nabokov qui fitscandale à sa parution, en 1955, aux Etats-Unis. Le narrateur, Humbert, un homme d'âge mûr, est épris de la jeune fille, qui a douze ans au début du roman. Ce personnage féminin est devenu un mythe, celui de la nymphette, séductrice, fantasmée. Vladimir Nabokov, Lolita, 1955.
Meursault : employé sans histoire, il est mêlé à un meutre. Il assistera, indifférent, à son procès et à sa condamnation àmort. A travers lui, Camus dévoile les rouages de la justice aveugleet l'absurdité des conventions sociales. Albert Camus, L'Etranger, 1942.

Rieux : médecin à Oran, il lutte contre le fléau avec ses compagnons. Le lecteur découvre, dans les dernières pages pages, qu'il est le narrateur de ce qu'il présente comme une chronique de la peste. Il symbolise aux yeux de Camus la nécessaire résistance...
tracking img