Catholicisme de lubac (analyse de cyprien melibi melibi)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3812 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CATOLICISME ASPECTS SOCIAUX DU DOGME
Auteur: HENRI DE LUBAC
Analyse de Cyprien MELIBI MELIBI

Introducción:
Le livre soumis à notre étude est un des ouvrages fondamentaux de la théologie catholique du XXème siècle. Paru pour la première édition en 1938, l’ouvrage se veut une intelligence de la foi et une apologie du dogme de la foi catholique dont nous, chrétiens, sommes tributaires desmalentendus entre l’enseignement de l’église sur le salut de l’homme et l’action sociale concrète de l’Eglise en faveur de cet homme. Le livre dans son ensemble est divisé en trois parties et en dix chapitres formant un exposé quasi complet des grandes questions de la foi catholique.
L’auteur du livre : Henri de Lubac, né à Cambrai en France le 20 février 1896. Il entre dans la compagnie de Jésus à17 ans en 1913, est ordonné prêtre en 1927. Il devient professeur de théologie fondamentale à l’Institut catholique de Lyon en 1929. Il publie son premier livre en 1938, intitulé : Catholicisme ; les aspects sociaux du dogme. C’est ce livre justement qui fait l’objet de notre étude. En 1941, il fonde avec le futur cardinal Jean Daniélou la collection Sources chrétiennes qui édite les textes desPères de l’Église et des grands auteurs médiévaux. Mais son livre Le Surnaturel (1946) et la « nouvelle théologie » sont bientôt suspects à Rome. En 1950, suite à l'encyclique Humani generis du pape Pie XII, il doit quitter l'enseignement de la théologie. C'est dans cette période qu'il écrit sa fameuse Méditation sur l’Église. C'est aussi de ces années que datent ses travaux sur le bouddhisme. Ilest ensuite réhabilité et est notamment nommé expert au concile Vatican II par le pape Jean XXIII. Les constitutions Lumen Gentium et Dei Verbum seront marquées par le renouveau théologique dont il fut un des acteurs déterminants. En 1983, le pape Jean Paul II le fait cardinal. Il a été parmi les fondateurs de la revue Communio avec Joseph Ratzinger et Hans Urs von Balthasar dans les années 1970.Il était aussi membre de l'Académie des sciences morales et politiques. Il meurt à Paris le 04 septembre 1991 à l’âge de 95 ans.
Nous allons d’abord présenter un compte rendu de notre lecture de l’ouvrage (synthèse du livre) ensuite, en notre modeste qualité d’étudiant en théologie, nous ferons une appréciation personnelle du livre.

I – Synthèse du livre:

Primière Partie
Chapitre I – Ledogme
D’après les Pères de l’Eglise, le Christ est le nouvel Adam ; il est l’image parfaite de Dieu. L’homme a été créé à l’image de Dieu en relation avec le Christ. L’unité divine et le monothéisme devraient inspirer l’unité du genre humain.
Le Satan a contribué à la division du genre humain depuis les origines d’où la nécessité de la rédemption pour restaurer l’humanité. C’est ce que leChrist réalisera et qui a pour apogée, le calvaire. Ainsi, du fait même, le Christ réconcilie les hommes non seulement avec Dieu mais aussi et surtout entre eux. C’est la symbolique du « corps mystique » dont parle Saint Paul. Aussi la vision paulinienne de « l’homme nouveau » en Christ est reprise par les pères et l’idée aboutit à montrer qu’il s’agit en fait à la fois de chaque homme et de tous leshommes.

Chapitre II – L'Eglise
L’Eglise est le « corps mystique » du Christ que forment les chrétiens, elle est catholique par le fait même qu’elle s’ouvre à l’universalité et non par les limites géographiques ou démographiques. Sa mission est de révéler aux hommes l’unité divine organique en eux et de la restaurer parfaitement.
Les pères vont prendre du judaïsme le concept de « peuple élu» pour le prolonger sur les gentils et le faire aboutir à l’Eglise comme « universelle ». Il y a une unité ineffable entre l’église visible et l’église invisible, la première préfigure la seconde et en est sa manifestation réelle. Mais attention à ne pas confondre : l’Eglise visible (hiérarchisée et humaine) n’est pas l’Eglise définitive et céleste, elle en est le chemin et la prétention. Elle...
tracking img