Causes de la guerre froide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1331 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les causes
Après la Seconde Guerre mondiale, les relations entre les Américains et les Soviétiques se dégradent. L’URSS veut garantir sa sécurité en s’entourant de pays alliés le long de ses frontières. L’Armée rouge ne se retire pas des pays qu’elle a libéré du nazisme et, contrairement aux engagements pris à Yalta, elle n’y organise pas d’élections libres. L’objectif de cette « guerre » est demaintenir l’équilibre nucléaire dès 1949, année où l’URSS possède la bombe. C’est surtout une guerre de régime, puisque le capitalisme américain est opposé au communisme soviétique.

I. Opposition idéologique entre les systèmes capitaliste et communiste
Dès le XIXe siècle, Alexis de Tocqueville prédit que les États-Unis et la Russie impériale ont tous deux vocation à devenir un empire àl’échelle mondiale et qu’ils s’opposeront pour la domination globale dès qu’ils entreront en contact. La destinée manifeste des États-Unis ne peut accepter l’existence d’un défi à sa vision du monde, pas plus que la vocation continentale de la sainte Russie (fût-elle devenue athée) ne peut admettre qu’un État eurasien fasse allégeance à une autre grande puissance.
Les choix économiques et idéologiquesfaits par ces deux grandes puissances fourniront une rationalisation de leur opposition inévitable, rationalisation qui sera présentée comme le fondement essentiel de la guerre froide. Les deux systèmes socio-économiques sont en effet totalement opposés.
Bien que l’envoi d’un corps expéditionnaire occidental en soutien des armées blanches (1917-1918) soit parfois présenté comme un argument probant,il est évident que les origines de la guerre froide dépassent le cadre socio-économique, comme le montre la poursuite de la compétition entre les deux pays après l’entrée de la Russie dans le système capitaliste.
Le fait que l’Union Soviétique fut une société « fermée » où il fut extrêmement difficile de savoir qui avait de l’influence sur quoi, quelles étaient ses vrais ressources et ses réellesintentions fut un des traits marquants de la guerre froide, alimentant les doutes et les craintes réelles ou imaginaires de l’Ouest qui, de son coté, avec ses changements de gouvernement et de politique en fonction des élections rendait souvent perplexes les analystes soviétiques.
II. Les causes immédiates : la situation de l’après-guerre
Staline cherche à mettre l’URSS à l’abri d’une nouvelleattaque par la création d’un « glacis » territorial et idéologique, c’est-à-dire d’un espace protecteur qui éloigne la menace des frontières soviétiques :
* en repoussant plus à l’Ouest les frontières de l’URSS par l’annexion des pays baltes et d’une partie de la Pologne, alors que les territoires allemands situés à l’est de l’Oder et de la Neisse de Görlitz sont placés sous administrationpolonaise (partage effectué lors de la conférence de Potsdam) ;
* en imposant des gouvernements pro-soviétiques dans les pays d’Europe centrale et orientale occupés par l’Armée rouge, pays qui deviendront plus tard des « démocraties populaires ». Le Coup de Prague en Tchécoslovaquie, une des rares réelles démocraties d’avant-guerre en Europe de l’Est, fut l’expression la plus visible pour l’Ouest decette politique et fut perçu comme la manifestation hégémonique de l’URSS.
Avant même la fin des hostilités avec l’Allemagne, l’Union soviétique établit l’ordre communiste dans les territoires libérés par l’Armée rouge :
* arrestation de seize dirigeants de l’Armée secrète polonaise, formellement conviés à Moscou pour des « entretiens politiques », les deux principaux leaders de la résistancepolonaise mourant en prison quelques mois plus tard. Le gouvernement polonais en exil à Londres, abandonné par les Occidentaux, se voit dénier peu à peu toute responsabilité et le comité de Lublin, formé par les Soviétiques, prend le contrôle du pays ;
* attribution de la province tchécoslovaque de Ruthénie subcarpatique à l’Ukraine, ce qui procure à l’Union soviétique une frontière commune avec...
tracking img