Ce genre a le malheur de paraître facile, mais il exige un talent rare, celui de savoir exprimer par une plaisanterie, par un trait d’imagination ou par les évènements même du roman, les résultats d’une philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1259 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le conte, grâce à des références communes au lecteur, lui permet ainsi, au-delà de la fantaisie même de l’histoire, d’adhérer à l’œuvre. Voltaire use d’abord de références littéraires : Leibniz dont il critique la logique du raisonnement vide de sens et Thomas Moore notamment, dans le chapitre sur l’Eldorado présenté comme un paradis utopique. L’auteur fait aussi appel à des référencesculturelles et historiques : les salons de Paris où Candide se fait extorquer quelques diamants, la guerre de sept ans déclenchée en 1756, le séisme de Lisbonne, la polémique autour des jésuites, la condition des nègres ou encore les débats autour du bon sauvage. Le lecteur, surtout au XVIIIème, est susceptible d’identifier le héros.





(II. Les procédés d’écritures, une argumentation au servicede la satire)



Néanmoins, Candide n’est pas seulement un récit plaisant, c’est aussi une arme de combat au service de la contestation et des théories philosophiques qui révoltent Voltaire. La satire est plus efficace pour lutter contre les abus ; pour cela, Voltaire recourt à divers procédés.

En premier lieu, l’incarnation d’idées, la mise en scène d’une démonstration contribuent àvulgariser des théories dont l’expression rebute le grand public. Ainsi, une œuvre aussi ambitieuse que Candide traitée sous forme de courts récits, à la fois pédagogiques et agréables séduit le lecteur. Il ne s’agit pas de l’exposition des théories philosophiques, comme l’optimisme de Leibniz, mais de l’incarnation de ces théories à travers les personnages et les situations, de manière à ce quel’intrigue fantaisiste amène à une banalisation de ces théories. Le lecteur peut donc comprendre les sujets sérieux traités et Voltaire peut alors aisément diffuser l’esprit des Lumières contre l’obscurantisme religieux, les fanatismes et les inégalités sociales qui prévalaient à l’époque, ainsi que les injustices et les préjugés.

Mais la satire de Voltaire passe aussi par l’humour noir et le comique.D’abord, l’auteur décrit les atrocités comme si elles étaient tout à fait normales. Le sentiment d’horreur fait naître l’émotion du lecteur. L’exemple de la guerre à laquelle Candide assiste est frappant et bouleverse le lecteur : « Ici des vieillards criblés de coups regardaient mourir leurs femmes égorgées, qui tenaient leurs enfants à leurs mamelles sanglantes ; là des filles éventrées après avoirassouvi les besoins naturels de quelques héros ». Voltaire suscite aussi le rire du lecteur pour qu’il condamne les faits. La « métaphysico-théologo-cosmolonigologie » avec l’adjectif « nigaud » ruine le sérieux et la crédibilité de Pangloss, qui s’entête dans ses erreurs malgré les évidences. Le baron embrasse Candide lors des retrouvailles puis l’insulte en apprenant qu’il veut épouser sa sœur.Autre procédé de la satire : l’ironie qui repose principalement dans Candide sur le recours à l’antiphrase. Par exemple, Cacambo loue l’organisation instaurée par les jésuites au Paraguay : « Los Padres y ont tout, et les peuples rien ; c’est le chef d’œuvre de la raison et de la justice ». L’ironie permet de mettre en défaut la logique de la théorie optimiste tout au long du conte. Voltairerévèle, par ce procédé, l’ineptie des raisonnements de Pangloss avec le jeu sur les causalités en faisant établir par ses héros des relations fausses entre les évènements : « car, si Colomb n’avait pas attrapé dans une île de l’Amérique cette maladie […], nous n’aurions ni le chocolat ni la cochenille ». L’utilisation de périphrases permet aussi cet effet : « des appartements d’une extrême fraîcheur» désignent la prison.





(III. La critique voltairienne de la société)



Candide, en cherchant à convaincre, à séduire par tous les moyens de la raison, de l’émotion et du style, est avant tout une arme de combat au service de la contestation des vices et des injustices, mais aussi des théories philosophiques qui révoltent Voltaire. Ce conte philosophique se présente comme...
tracking img