Cedh

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 35 (8599 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Séance n° VI : L’Élection prÉsidentielle aux États-Unis

Éléments généraux

Le processus de désignation du président des États-Unis peut être divisé en deux temps très distincts. La première phase est celle de la sélection des candidats de chaque parti. La seconde est celle de la compétition proprement dite entre les candidats ainsi désignés (élection générale).

I/ S’agissant de lapremière phase, elle peut elle-même être scindée en deux étapes successives : les caucus et primaires d’une part ; les conventions nationales d’autre part, qui résultent de la pratique.

Il faut en premier lieu distinguer entre les primaires et les caucus ainsi qu’au sein de chacune de ces catégories.
La procédure des primaires a été instaurée en 1904 par le Wisconsin. Elle s’analyse en unprocessus de sélection des candidats des deux principaux partis par les électeurs. Faisant d’une pierre deux coups, ceux-ci en choisissant les délégués à la convention du parti départagent par là même les concurrents. Ces primaires se subdivisent en deux catégories principales, à savoir primaires ouvertes ou primaires fermées.
→ Primaires fermées : c’est la procédure la plus fréquente. Ce sont cellesdans lesquelles, en principe, l’électeur doit déclarer officiellement le parti auquel il appartient avant de voter. Ainsi, pour voter à la primaire démocrate, il faut être inscrit en tant que démocrate. L’appartenance à un parti peut être déclarée soit au moment de l’inscription sur les listes électorales, soit le jour même du scrutin. L’électeur ne choisit alors pas seulement le candidat àl’élection présidentielle, mais également un grand nombre de candidats aux postes de représentants, gouverneur, sénateurs, magistrats, etc. Les partis ont accès aux listes d’inscription, ce qui permet d’empêcher un double vote. Les électeurs indépendants sont exclus des primaires fermées. Pour pallier cet inconvénient, les partis admettent dans certains États la participation des électeurs non inscritslors de leur primaire (c’est le cas des républicains dans le Maryland : dans ce cas, la primaire n’est fermée qu’aux électeurs démocrates).
→ Primaire ouvertes : dans ce cas, les adhérents d’un parti peuvent voter dans la primaire d’un autre parti. L’intérêt peut alors être pour l’électeur certain de voir son candidat favori désigné par son parti de voter dans la primaire du parti adverse pourfavoriser la victoire du candidat le plus faible (pratique dite du « raiding »). Les primaires ouvertes sont accessibles aux électeurs ne déclarant s’affilier à aucun parti.
S’agissant des caucus, dans ce cas, le choix du candidat incombe non pas aux électeurs inscrits sur les listes électorales, mais à une réunion de délégués ou militants du parti à l’échelon municipal, ou du comté ou de l’État. Lecaucus a donc un caractère oligarchique, et se voit concurrencé par les primaires. Le défaut le plus sérieux des caucus, dont l’organisation est beaucoup moins onéreuse pour les partis que celle des primaires, est qu’au cours de ces réunions le vote n’est pas secret : le caucus se déroule généralement dans le Town Hall, les personnes présentes se plaçant à un coin de la salle selon qu’ellessoutiennent les délégués de tel ou tel candidat. 2 à 3% seulement du corps électoral participe généralement à un caucus, soit environ dix fois moins que lors d’une primaire (le taux de participation lors des primaires s’élevant généralement à un quart des individus en âge de voter – et non des électeurs effectivement inscrits).
Traditionnellement, l’Iowa rassemble le premier caucus au tout début dumois de janvier, et le New Hampshire la première primaire immédiatement après. Les résultats de ces deux consultations est souvent décisif : une dynamique politique peut alors s’enclencher ou s’écrouler. Les États organisant leur consultation en dernier (fin mai voire début juin) ont parfois le sentiment d’être quantité négligeable dans la sélection du candidat – d’où la concentration sans...
tracking img