Celine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8196 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

En choisissant d’enseigner en lycée professionnel, nous pensions, grâce à notre simple volonté et motivation, faire adhérer de nouveau l’élève à l’école, déclencher chez lui le désir d’apprendre et la passion de son futur métier.

Pourtant très réaliste et sensible à l’enseignement dans la voie professionnelle, pour y avoir nous même suivi ce parcours, nous n’avions pasmesuré la taille de notre ambition.

« J’comprends pas… Ca ne m’intéresse pas… J’m’ennuie… Ca va trop vite … » sont les expressions que lançaient les élèves lors des cours, sans parler de leur attitude soit complètement passive et effacée ou au contraire très remuante.

Viennent S’ajouter à tout cela des problèmes d’hétérogénéité. Auparavant nous pensions, peut-être naïvement, quel’orientation par l’échec en lycée professionnel harmonisait les niveaux (aussi bien pour les connaissances que les compétences) entre les élèves.La diversité des individus, des milieux sociaux, des origines culturelles, des sexes, les formations suivies et établissements antérieurs sont autant de paramètres qui augmentent les différences.

Comment allons nous pouvoir atteindre les objectifsqualitatifs que nous nous sommes fixés, tout en respectant les directives ministérielles, rectorales, et en favorisant la réussite et l’épanouissement de l’élève ? 

«  Les élèves doivent être toujours en activité. Au minimum l’enseignant intervient magistralement et personnalise ses interventions ; au maximum l’élève réfléchit, agit et participe en autonomie et/ou en groupe. C’est le principed’une séquence réussie » dixit notre tutrice, Mme Monmarron.
Ce conseil nous a amené à réfléchir et à nous intéresser aux auteurs nous proposant différentes pistes pédagogiques.
Tous sont unanimes, l’élève ne doit pas être considéré comme un simple consommateur de l’école perdu dans la masse, mais comme une personne unique, avec son histoire, ses attentes, ses envies et ses capacités.C’est pour cette raison que nous nous sommes intéressés plus particulièrement à la pédagogie différenciée qui met en oeuvre des méthodes d’apprentissage adaptées et personnalisées aux besoins de l’élève.

Dans une première partie, nous décrirons les différentes évolutions du système scolaire, de la pédagogie (1.1 et 1.2). Nous expliquerons aussi le constat tiré directement de notre expérience(1.3) et informerons le lecteur sur la pédagogie différenciée, son origine et son fonctionnement (1.4).
La seconde partie est consacrée à la présentation de notre classe avec laquelle nous avons réalisé nos deux expérimentations (2.1), nous terminerons en les présentant (2.2).
La troisième partie s’intéresse au bilan de la mise en place de la pédagogie différenciée, tout d’abord seslimites (3.1), pour conclure par les avantages qu’elle apporte (3.2).
1. De la théorie

Cette première étape s’articulera autour d’apports théoriques, des évolutions et innovations pédagogiques, du système scolaire mais aussi de la place et du rôle tenus par les élèves et l’enseignant. Enfin, des informations sur la pédagogie différenciée seront apportées.
En effet, n’ayant acquis lors denos études trop peu de « culture pédagogique », il nous a semblé nécessaire d’alimenter nos connaissances à partir de citations, d’écrits, de livres de différents auteurs. Bien entendu, il était indispensable d’identifier, de comprendre les grands bouleversements de l’école, ses priorités qui rendent notre métier d’enseignant souvent complexe mais tellement passionnant.

1.1. Ce qui sefaisait avant
Les réflexions et les pratiques pédagogiques ne sont pas le seul fruit de nos illustres contemporains spécialisés en la matière.
Les prémices de la pédagogie, sa conception et sa modélisation, sont apparues au Vème siècle avant Jésus-Christ. Socrate affirmait qu’« enseigner c’est interroger et non-savoir soi-même, donner à penser que l’on ne sait pas pour déléguer l’éveil...
tracking img