Censure 18eme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6474 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SOMMAIRE

Introduction (page 1)

I- La censure empêche les écrivains d’affirmer leurs libertés (pages - )

A- Les nouvelles idées dont les Institutions se méfient (pages - )

1. La remise en cause de l’absolutisme (pages 2-3)
2. La critique de l’organisation sociale (pages - )
3. Les Eglises, des institutions contestées (pages - )

B- Les formes de censure (pages - )1. Les peines encourues par l’auteur (pages - )
2. La censure des œuvres (pages - )

II- Les écrivains contournent la censure afin d'affirmer leurs libertés (pages - )

A- les libertés revendiquées par les auteurs (pages - )

1.
2.

B- les moyens d'éviter la censure (pages - )

1.
2.

III- La censure stimule la création littéraire (pages - )

A.1.
2.

B.

1.
2.

Censure et philosophes au XVIIIe siècle

INTRODUCTION

Le XVIIIème siècle en France, ou siècle des Lumières est marqué par la naissance de nouvelles idées. L’expression « Lumières » vient du fait que les auteurs de l’époque pensait émerger de nombreux siècles d’obscurité et entrer dans un nouveau illuminé par la raison.
Ces nouvelles idées furentinfluencées par les changements du pays. En effet, le XVIIIème siècle fut le précurseur de l’âge industriel avec le développement des manufactures, les sciences progressent avec de nouvelles méthodes classification des êtres vivants, ou encore des études de physiologie animale et végétale, ainsi que la médecine avec l’apparition du microscope, stéthoscope, etc. et d’ouvrages comme Le Dictionnaireportatif de santé.

A l’origine des nouvelles pensées du siècle, il y a les philosophes.
Un philosophe est une personne qui s’adonne à l’étude rationnelle de la nature et de la morale.
Comme disait Voltaire* « le philosophe est l’amateur de la sagesse et de la vérité ».
Il s’appuie sur la raison et récuse la foi afin de répandre le libre examen et les lumières.
Mais ces philosophes etleurs idées n’étaient pas acceptés par le Régime qui avait mis en place une censure.
La censure, par définition, est l’examen des œuvres littéraires, des spectacles et publication, exigé par le pouvoir, avant d’en autoriser la diffusion. C’est la condamnation d’une opinion, d’un texte.
Le Régime au XVIIIème siècle était une monarchie absolue de droit divin.
Après la mort de Louis XIV en 1715,le duc Philippe D’Orléans, son neveu, installa une Régence jusqu’en 1723, ou Louis XV pris le pouvoir.
En 1774, Louis XVI succéda à son grand-père pour finir guillotiné en 1793 après la Révolution Française de 1789, que l’on dira héritière des Lumières.

Dans ce TPE, nous nous demanderons quels liens philosophes et censure entretenaient-ils ?
En nous basant sur la vie et les écrits detrois auteurs, Voltaire, Montesquieu et Beaumarchais, et plus particulièrement trois œuvres : Candide, Les Lettres Persanes et Le Mariage de Figaro, nous verrons, dans un premier temps, que la censure empêchait les écrivains d’affirmer leurs libertés, mais, dans un second temps, qu’ils la contournaient afin d’affirmer ces libertés. Pour finir, nous verrons que la censure stimulait la créationlittéraire.

*Pour les mots soulignés, voir l’annexe.
Annexe

Voltaire :

Voltaire est né le 21 novembre 1694 et mort le 30 mais 1778 à Paris sous le nom de François Marie Arouet.
A l’âge de dix ans, il entre chez les Jésuites du collège Louis-le-Grand. Il y apprend le latin, le grec, la rhétorique et les arts de société. Dès l’âge de douze ans, son parrain l’abbé de Châteauneuf l’introduitdans la société libertine du Temple. Il quitte les jésuites à dix-sept ans et s’inscrit en école de droit sous la pression paternelle. Son père, face aux fréquentations libertines de son fils, l’envoie à la Haye, en Hollande, sous l’autorité du frère de son parrain.
Il revient en France en 1713. Le 4 mai 1716, il est exilé à Tulle. Le 16 mai 1717, il est envoyé à la Bastille pour offense envers...
tracking img