Centre d'attention

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (677 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
( Sujet : Rédiger une nouvelle à chute )

Centre d’attention

Joyce n’était pas belle , non .La nature ne l’avait pas gâtée. Son visage ingrat , ses yeux ternes, sa silhouette molle etsans grâce n’attiraient pas les regards, ni même la sympathie. Durant des années, Joyce avait subi les moqueries de ses camarades de classe, ou pire, la pitié des adultes. Mais aujourd’hui, elle s’enmoquait bien.

Tout cela appartenait désormais au passé. Elle avait énormément changé depuis cette époque, aussi bien mentalement que physiquement. Bien sûr, elle avait dû subir de nombreusesopérations avant d’en arriver là. Au cours de celles-ci, on s’était occupé d’elle comme d’une reine. Pour la première fois de sa vie, ces hommes en blanc la regardaient de près, lui accordaient toute leurattention. Joyce avait senti dans leurs gestes une infinie tendresse, et avait surpris dans leurs yeux quelque chose qui ressemblait tout d’abord à de l’intérêt, puis peu à peu, elle l’aurait juré, àde l’amour. C’était un sentiment qu’elle n’avait jamais connu jusqu’alors. Au fur et à mesure de sa transformation, le miroir de la lampe situé au-dessus de la table d’opération lui renvoyait uneimage de plus en plus parfaite d’elle. C’était en tout cas son point de vue : son corps et son visage étaient totalement transformés, et elle n’avait pas payé un sou ! Il n’empêche , ces hommes en blancqui la vénéraient maintenant comme une divinité, auraient tout de même pu lui demander son avis … !

Son métier était reposant, et elle n’avait rien à faire de spécial , son activité principaleconsistant à se faire admirer en affichant un éternel sourire  ; elle baillait aux corneilles ! Elle n’était pas rémunérée pour ce travail, même s’il était à temps complet, mais cela lui était égal,elle n’avait pas besoin de cet argent. Bien sûr, beaucoup de monde venait observer les transformations phénoménales de sa physionomie, mais cela ne la gênait pas. On peut même dire qu’elle prenait...
tracking img