Chamoiseau - l'esclave vieil homme et le molosse / un dimanche au cachot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1397 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Littérature francophone

Sujet à traiter :
« Patrick CHAMOISEAU révèle un problème crucial : la perte d’identité et l’absence de mémoire, nécessaires à l’édification de tout peuple colonisé »

~~~

A travers son roman « L’Esclave Vieil Homme et le Molosse », paru en 1997, Patrick CHAMOISEAU révèle un problème crucial, celui de la perte d’identité et de l’absence demémoire. L’identité qui est liée à la mémoire est cependant l’élément fondamental et nécessaire à l’édification de tout peuple colonisé. Or, l’auteur se trouve confronté à une problématique de l’impossible, car la perte d’identité et l’absence de mémoire sont des éléments d’autant plus intrinsèques, qu’il s’agit ici de colonisation d’un peuple déporté, pour lequel la rupture s’opère forcément parune double déchirure, autant physique que morale. La déportation aussi dévastatrice qu’inhumaine va constituer le berceau de la destruction dans l’horreur, en donnant le jour à une dimension de l’impensable. Le thème évoqué ici trouve également son prolongement dans le roman « Un Dimanche au Cachot » dans lequel, dix années plus tard, l’auteur explore les méandres d’une mémoire à travers unefiction moderne.

La perte d’identité et de mémoire constitue une tragédie pour le peuple colonisé. En effet, le trauma originel s’inscrit dans l’effacement primordial identitaire, où toute constitution de repère s’avère impossible. L’esclavage établit une rupture de la mémoire et la perte de l’identité, composants inéluctables et basiques de la construction de l’être. « A quoi bon explorerl’inconnu, brasser l’inconnaissable ? Comment en ramener une vertu d’existence ? » (Un Dimanche au Cachot – P 269). L’Africain déporté est dépossédé de tous ses repères environnementaux, mais aussi socioculturels comme sa langue, son cadre mental, ses dieux, ses rituels ; dépossession par laquelle s’opère une véritable « castration » de l’assise de l’être en devenir.
Cette rupture provoqueun dessaisissement de soi qui se matérialise sous diverses formes, comme la déshumanisation, la négation de l’être. Chamoiseau explore cette chosification – déshumanisation dans le chapitre « Matière » de L’Esclave Vieil Homme, par le biais d’une minéralisation muette de l’esclave qui semble subir sa condition ancrée dans l’essence même de son existence sans repère, sans tradition. Le Vieil Hommeparaît faire partie du décor dans lequel il se fond, il n’a pas d’âge, il est étrange, effrayant et fascinant. « Lié à l’Habitation comme l’air et comme la terre et comme le sucre, […] de tout temps inscrit dans ces absences qui animent les muscles » (L’Esclave Vieil Homme et le Molosse – P 24). Parallèlement, les formes indirectes de cette négation de l’être se réfugient dans des compensations,dérisoires en comparaison de l’intensité de ce néant, dans les danses, les crises de la décharge. C’est dans « Vivant », chapitre consacré à la décharge, cette déflagration intérieure, libératrice malgré tout, qui propulse l’esclave vers une sorte de délivrance mêlée de violence et de délire émancipateur. « C’était une mauvaise qualité de pulsion vomie d’un endroit oublié, une fièvre fondamentale,un sang caillé, un dé-sursaut pas-bon, une hélée vibrante qui vous déraille raide » (L’Esclave Vieil Homme et le Molosse – P 41).
Toutefois, l’absence d’histoire, la marginalisation de l’être, se traduisent par une poétisation du non-être historique, sous la plume de Chamoiseau qui inscrit l’individu dans les éléments, la matière, le cosmos. L’essence même de l’homme procède à uneincarnation intemporelle de son individualité. De ce fait, la plongée sensitive et émotionnelle de l’Esclave Vieil Homme dans les grands bois, placée sous le signe des « Eaux » est une communion avec l’eau originelle de temps immémoriaux ; mais elle est aussi une assimilation aux éléments qui sont les principes de vie, aux énergies créatrices par lesquelles les sensations let la conscience de soi...
tracking img