Chanter son mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (440 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Définitions des termes :

* comme : De même que, tel que, à l'instar de.

* poète : Celui qui écrit des poèmes (en vers ou en prose).

* mal : Mal physique: douleur, souffrance.Mal moral: Contraire au Bien. Faute.

Extrait du corrigé : La poésie et l'enchantement de la douleur : la conception de Du Bellay La première partie du devoir devra apporter des éclaircissements surla position de Du Bellay et des arguments en sa faveur. On pourra remarquer tout d'abord que la douleur - par exemple la douleur amoureuse - est un thème majeur de la poésie tout au long de sonhistoire, de la poésie latine au XXè siècle. D'autre part, la poésie est un genre littéraire qui se distingue par la présence fréquente et visible du poète dans ses textes, qui s'exprime sous la forme du« je », que ce « je » soit biographique ou plus universel, le poète se posant alors comme porte-parole de l'humanité entière. Cette présence du « je » dans la forme poétique invite à accorder crédità la place centrale qu'accorde ici Du Bellay à la douleur, qui ne peut partir que d'une expérience personnelle. L'enchantement passerait alors par un élargissement de la perspective individuellevers une perspective universelle - c'est le principe du lyrisme ; on pourra citer l'exemple des Contemplations de Victor Hugo, parlant notamment de la douleur de la mort de sa fille, Léopoldine, etdonnant à cette douleur une portée universelle, cosmique. Enfin, troisième élément pour poser la thèse de Du Bellay, la place donnée au travail de la langue et de sa musicalité dans le genre poétiqueinvite à inviter celle-ci comme un art de l'enchantement au sens premier du terme, comme un art de la « sorcellerie évocatoire » (Baudelaire) sublimant et universalisant toutes choses. Le chant qu'estla poésie ferait passer la douleur individuelle du côté de l'universel et ferait donc passer la douleur derrière le chant universel. II. Les limites de la position de Du Bellay : le dépassement de...
tracking img