Chants de maldoror iv-8

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2162 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Abstention : un risque pour notre démocratie Doit-on se réjouir de l'optimisme des responsables politiques au regard du léger recul de l'abstention au premier tour des élections régionales et cantonales de 2004 par rapport à l'abstention du premier tour des dernières présidentielles ? Comment cerner les causes de l'abstentionnisme ?
Le désintérêt de citoyens inscrits sur les listes électoralesest tout d'abord présenté comme une forme d'égoïsme. L'individualisme des membres d'une société profondément tournée vers le consumérisme semble s'opposer à toute volonté de faire évoluer la politique. Même la mobilisation des adhérents des partis politiques se fait de plus en plus rare. Quelqu'un parla d'un impact nocif de la télévision qui annihilerait tout engagement bénévole dans des actionspolitiques.
Le problème du « devoir de voter » dans une société qui se veut démocratique se pose alors. Dans quelques pays, par exemple la Belgique, le vote est obligatoire et l'abstention est passible d'une amende. N'oublions pas ni les sacrifices du passé pour établir la démocratie en France, ni, qu'aujourd'hui encore, de nombreux peuples tentent d'y accéder. Quelqu'un rappelle l'image dontbénéficie la France encore de nos jours, notamment en Afrique, où notre pays est perçu comme « le pays des Droits de l'Homme et du Citoyen » ainsi que le pays de la Révolution. Quel exemple et quel espoir donnons-nous ?
Pour beaucoup d'entre-nous, ne pas aller voter est honteux. Mais comment expliquer que 40 % de nos concitoyens puissent s'abandonner à l'abstention ? Quitte parfois à s'en enorgueillir ?L'abstention ne pourrait-elle pas se vivre comme un moyen – certes stérile mais soulageant – de réagir à un blocage ?
Car la progression de l'abstention s'accompagne indéniablement d'une crise de la représentativité politique. Quelques personnes dans l'assemblée insiste sur le fait le monde politique est resté quasiment inchangé depuis des décennies. Un intervenant assimile même cette castepolitique à une aristocratie. De plus, les partis politiques ne renouvellent pas assez régulièrement leurs dirigeants et cela fait perdre beaucoup de crédit à la démocratie, surtout lorsque les élus ne prennent plus en compte la volonté de leur électorat (mouvements de grève). Le sentiment que l'homme politique n'est tout compte fait qu'un professionnel ne sachant faire que des promesses comme on faitdu marketing, sans jamais ne devoir rendre des comptes une fois élu, déçoit considérablement les citoyens (sentiment d'injustice). Quelqu'un pose la question suivante : « Ne faudrait-il pas institutionnaliser une sanction contre l'élu qui ne tient pas ses promesses ? ».
Parfois, la lecture des programmes politiques n'est pas claire. Par exemple, lorsque deux listes font alliance lors d'un secondtour, des compromis sont souvent faits aux détriments de l'électorat. Cela augmente le symptôme du manque de confiance envers la caste dirigeante issue du sommet des partis politiques. Qui plus est, la représentativité des partis politique est de plus en plus discutable : si aujourd'hui 40% des électeurs s'impliquent dans des associations, seulement 1% sont « encartés » dans un parti politique.Parallèlement, le problème de l'instruction civique apparaît. « Ceux qui votent sans savoir pourquoi devraient s'abstenir ! », dit quelqu'un dans la salle. L'engagement politique n'est donc pas si évident. Il faut des citoyens éduqués devant la complexité des rouages de l'État. C'est pourquoi, aussi compréhensible qu'apparaisse un message politique au regard d'une élite qui en comprend lestenants et aboutissants, il ne reçoit pas toujours l'adhésion du plus grand nombre. Ce à quoi répond-t-on dans la salle : « il n'y a pas de critère pour être citoyen ! Tout le monde peut voter. Et si je ne sais pas pour quoi ou pour qui voter, je ne m'abstiens pas, je vote blanc ! ».
Quelqu'un explique que pour qu'un vote soit intelligible, il faut que l'électeur comprenne d'abord le rôle de chaque...
tracking img