Chants d'ombre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (305 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans la pensée philosophique, politique et littéraire de Senghor, la négritude et la civilisation de l’Universel sont étroitement liées. Si la négritude fut à l’origine unerévolte que Sartre a assimilé à un « racisme anti-raciste », Senghor au lendemain de la deuxième guerre mondiale, après y avoir réfléchi, établit entre les deux concepts unedouble relation d’enracinement et d’ouverture. Enraciner pour se construire sur l’héritage négro-africain, mais aussi s’ouvrir aux autres cultures et civilisations du mondeDevenu Président de la République du Sénégal, il s’attacha à réaliser le rêve de tous ceux qui, depuis 1930, s’étaient consacrés à la Défense et à l’illustration de la Négritude.Ce fut « la fonction et la signification » qu’il donna en 1966 au premier Festival mondial des Arts nègres : « Après la Première puis la Deuxième guerre mondiale, voilà que,partout – d’Afrique, d’Amérique, du coeur même de l’Europe - des jeunes hommes noirs et des jeunes filles se sont levés……pour remplir leur fonction, qui est en exprimant lavie, en la signifiant, d’aider les hommes, tous les hommes à mieux vivre……. Et avant tous les autres, leurs frères noirs qui, s’ils ne se sont pas laissés agir…, c’est qu’ilsavaient emporté, en eux, de la terre natale, avec la rage de vivre, cette puissance de création qui est la marque originale de l’art. Car l’art n’est rien d’autre que ce gesteprimordial de l’Homo sapiens qui, en signifiant la vie, l’intensifie par le rythme, pour, la magnifiant ainsi, lui donner valeur d’éternité ……». Ainsi, Senghor explique-t-il parla négritude sa vision d’un Sénégal nouveau, celle d’un continent africain aux valeurs de civilisation reconnues et aptes à participer à la civilisation de l’Universel
tracking img