Chapitre 1 et 2 le rire de bergson

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1112 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE RIRE, de Bergson.

Chapitre 1
Du comique en général
Dans ce premier point du premier Chapitre, Bergson rappelle et montre que le rire est proprement humain, qu'il n'y a que lui qui sache rire ou faire rire. Si l'on rit d'un animal, ou d'un objet c'est d'après lui parce qu'on lui trouve une ressemblance dans son attitude ou dans son apparence. L'homme est donc définit comme un "animal quisait rire" et qui fait rire.
Bergson va également dans ce chapitre, montrer l'importance de "l'insensibilité" ou plutôt de son effet, pour permettre au rire d'exister. Le rire s'exprime lorsque notre pitié, notre affection ou nos émotions se taisent, pendant un instant. D'après l'auteur, il faudrait se désinteresser de la vie, regarder autour de nous avec légereté, pour la voir sous un angle de"comédie".
Bergson ira même jusqu'à dire que le comique, pour produire tout son effet exige une sorte "d'anésthésie momentannée du coeur".
On lira également que le rire n'est pas strictement personnel, mais collectif: " Le rire est toujours le rire d'un groupe". Pour partager "un rire" avec d'autres personnes, il faut être de la même société, partager les mêmes idées, voir les choses neserait-ce qu'un peu, du même oeil, pour pouvoir en rire.
Ainsi, pour comprendre le rire, il faudrait le remettre dans son contexte naturel: La société; puisque d'après Bergson, le rire a tout d'abord une fonction sociale.

Le comique des formes et le comique des mouvements.
Bergson débute le développement de son deuxième point grâce à un exemple. Il prend l'exemple d'un homme qui court dans larue, qui trébuche et qui tombent. Les passants rient. Il explique alors ce qui a provoqué le rire chez eux. D'après lui, on ne rit pas de la personne qui tombe mais plutôt de son brusque changement d'attitude involontaire. C'est parce que cela est involontaire que les passants rient. Les passants rient donc à cause de ce que Bergson appelle "l'effet de la vitesse acquise". Ceci est naturel, mais ilexiste des cas, ou l'accident est artificiel. Une personne qui vaque à ses occupations, prend un tabouret, passe au travers, et tombe. C'est ce qu'on pourrait aussi appeller une mise en scène. On parle néanmoins toujours de l'effet de la vitesse acquise. Pour empêcher l'accident dans les deux cas, il aurait fallu arrêter le mouvement de la personne, changer de direction, de geste ou d'habitude.D'après Bergson, ce qu'il y a de risible dans ces deux cas, c'est une certaine raideur de mécanique là où l'on devrait trouver souplesse et flexibilité. La différence dans les deux cas est faite par ceux qui rient. Les passants qui rient de font qu'observer la personne qui trébuche et tombe, tandis que la personne qui aura installer un faux tabouret afin que la personne qui s'en servira tombe,expérimente. Dans les deux cas, c'est donc une cause exterieure qui produit l'effet. Bergson en déduit donc que le comique est quelque chose d'accidentel. Le comique est une chose exterieur à la personne. C'est pour cela que Bergson s'intéresse au problème de la pénétration du comique à l'intérieur de la personne. Il faudra donc que la raideur mécanique laisse place à l'intelligence humaine. Unefois que le comique se sera installer dans la personne, c'est elle qui lui donnera forme et matière. Bergson se posera ainsi la question: Est-il étonnant que le distrait (la personne qui donne la forme et la matière du comique) ait tenté généralement la verve des auteurs comiques?
Bergrson démontrera aussi grâce à quelques exemples, que nous rions parfois par automatisme, et non pas seulement pardistraction.
Au cours de ce développement, Bergson en vient à dire que le rire "châtie les moeurs". Il définira le rire comme un geste social.
Pour terminer ce point, Bergson fera un rapprochement entre la société et l'art.

Force d'expansion du comique
Dans cette troisième sous-partie, Bergson va chercher à distinguer le comique du laid. Bergson poursuit l'idée que le comique a un lien...
tracking img