Chapitre 14 commentaire une vie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (729 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Maupassant, Une vie (1883)
Chapitre 14. "Une naissance salvatrice"
Explication

Après avoir définitivement quitté les Peuples, Jeanne reçoit une lettre de Paul, en délicate situation : safemme est mourante et il ne peut subvenir aux besoins de son nouveau-né. Rosalie va chercher l’enfant à Paris. Le troisième jour, Jeanne reçoit " un seul mot de (sa servante) annonçant son retour par letrain du soir. Rien de plus. " Elle l’attend sur le quai de la gare.

I - L’opposition de Jeanne et de Rosalie

A. L’action
C’est Rosalie qui, depuis la mort du baron, veille sur Jeanne et pallieses faiblesses. Elle remplace sa maîtresse, incapable de faire le voyage. Dans le texte, l’émotivité de Jeanne la paralyse : " elle craignait de tomber tant ses jambes étaient devenues molles ".
Aucontraire, Rosalie, malgré la fatigue du voyage (" me v’là revenue, c’est pas sans peine "), ne laisse rien paraître : " avec son air calme ordinaire ".

B. Le dialogue
Sous le coup de l’émotion,Jeanne s’exprime difficilement : " balbutia ", " murmura ", " et n’ajouta rien ". Elle reste silencieuse lorsque Rosalie lui donne l’enfant, ainsi qu’à la fin du texte. Rosalie, elle, s’exprimetranquillement : " dit ", " répondit ", " reprit ". A la fin, l’impératif " finissez " montre son autorité.

C. Le sentiment
Sous des dehors frustes (elle annonce les trois événements successifs -la mort,le mariage et la présence de la petite- sans ménager Jeanne), Rosalie est dévouée à sa maîtresse, reconnaissante envers sa famille, et participe à sa joie (" contente et bourrue "). Elle plaint sansdoute Jeanne pour son destin, d’où la consolatrice phrase finale (" répondant sans doute à sa propre pensée "). En revanche, Jeanne a été tellement déçue qu’elle n’est plus guère sensible au malheurd’autrui. Seule sa petite fille l’intéresse, Maupassant soulignant auparavant que la mort de la mère lui procure une " joie perfide ".

II - Le sens du dénouement

A. La ferveur de la vie...
tracking img