Chapitre trois de candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (454 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture Analytique n°2: Chapitre 3 de Candide ou l'optimisme de Voltaire

Comment Candide Naîf décrit il la vision de la guerre ?

Intruduction:
Voltaire (1694-1778) fait parti des philosophesdes lumières. Il va dénoncer lors de ces différentes oeuvres les injustices, les inégalités et l'intolérance. Parmis ces contes philosophiques, nous allons étudier Candide ou l'optimisme. Ici, nousallons voir la première apparition de la guerre dans la chapitre III de Candide après son départ du château de thunder-ten-tronck et de sa capture par les bulgares.Comment Candide va t'il décrir cetteguerre et comment va t'il dénoncer, critiquer cette guerre.
I. La description de la guerre
a. Un contraste entre deux paragraphes
-Le premier paragraphe est le première vision de candide, naïf, dela guerre, Il utilise un champ lexical du spectacle, avec un vocabbulaire positif: «leste»; «beau»; «ordonné».
On dirait que Candide nous fait un tableau de la guerre («canons» «mousqueterie»,«trompettes, fifres, hautbois, tambours»,) La mort aussi est atténuée, Candide fait comme si de rien n'était, comme si tout était normal,
1. -Le vocabulaire change, il devient négatif tout en restantréaliste: «tas de morts», «à demi brûlés»
Le registre devient pathétique avec des morts innocents, Candide nous fait partager des images horribles: des femmes violés, des enfants abbatus...

b. Undeuxième point de vue
On distingue a plusieurs moments du textes, des différences de points de vus mises en avant par des antithèses, des oxymores «boucherie héroïque» . Il y a en effet, la présence dupoint de vue de Candide (l’harmonie des canons par exemple ou le fait que la guerre soit du théatre) et celui de l'auteur: Voltaire.
II. La dénonciation de la guerre
a. Critique de la guerre
Candidecritique la guerre en disant qu'elle est horrible et inutile.Il dit qu'elle est absurbe, qu'elle n'a pas de raison «vieillards criblés de coups» «filles éventrées».
Voltaire essaie de nous...
tracking img