Chapitre i de thérèse desqueyroux de françois mauriac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1114 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre I de Thérèse Desqueyroux de François Mauriac :

Plan :

Introduction

I- Les personnages
II- Résumé du chapitre I
III- La quête de la liberté
IV- Le flash-back/ projection dans l’avenir.
V- Analyse de l’extrait.
Conclusion

Introduction :
« Saurai-je jamais rien dire des êtres ruisselants de vertu et qui ont le coeur sur la main ? »

François Mauriac,écrivain aux attraits démoniaques, s’est vite imposé comme un observateur perspicace des milieux et des moeurs de son temps ; ses personnages, ses créatures odieuses sorties tout droit des limbes des Enfers témoignent, le cœur sur la main, de cette attirance qu’a l’auteur pour les fous et les folles pour les fils et filles de Satan.
Thérèse Desqueyroux est l’un des plus célèbres romans deMauriac, apparut en 1927, l’Histoire de cette femme empoisonneuse est initialement tirée d’un fait divers.  
Blanche Canaby a réellement existé contrairement à Thérèse dont est mise en doute par lecteur.
Mauriac assiste en 1906 au procès d’Henriette-Blanche Canaby, accusée d’avoir empoisonné son mari, puis acquittée.

Les personnages :

Thérèse  Desqueyroux : son nom de jeune fille estLarroque, mais maintenant elle une Desqueyroux et leur appartient. Jugeait pour un crime qu’on ne connaît pas, on l’aperçoit comme une meurtrière mais c’est seulement à la liberté qu’elle aspire.

Duros : L’avocat de Thérèse mais ne semble pas lui prêter d’importance, il rend ses comptes à Mr Larroque et sa discussion se passe qu’avec ce dernier.

Mr Larroque : Un père froid envers sa fille«  un petit homme aux courtes jambes arquées » selon la description de Thérèse, il a pour objectif de devenir sénateur et il usera de tous les moyens pour sauver l’honneur de sa famille lors du procès.

Résumé du chapitre :
 «On n'est jamais malheureux que par sa faute.»

Le chapitre s’ouvre sur un décor pesant, la scène se passe au palais de justice, une femme Thérèse attendue par deux hommes,hésitante de sortir de l’enceinte du bâtiment mais rassurée par l’homme qui se tenait a coté d’elle et qui n’est rien d’autre que Duros son avocat, elle décide enfin de mettre les pieds dehors et de se lancer dans la rue pour rejoindre la voiture qui les attend a la sortie de la ville pour éviter d’attirer l’attention.
Au début du chapitre un « non-lieu » est prononcé mais quel crime Thérèse apu commettre ? La discussion de son père Larroque avec son avocat nous met dans le bain des événements Thérèse a été accusée de meurtre ou de tentative de meurtre puisque qu’il n y a pas eu de victime «  la voix de Thérèse s’éleva : il n’y a pas eu de victime »
«  J’ai voulu dire victime de son imprudence, madame »
Une fois dans la voitureThérèse s’occupe d’une explication pour son mari et ’imagine encore sa vie avec lui, mais aussi le temps «  perdu » à ses cotés.
Ce chapitre annonce la couleur du roman mais surtout le caractère de l’héroïne en quête de la liberté, de cette liberté qui lui a été volée par cette peau charnelle qui la dégrade et fait d’elle une femme soumise, mais surtout qui n’a pas d’opinion et qui n’en aurajamais.
C’est de la condition féminine dont il s’agit dans ce chapitre et tout au long du roman de Thérèse Desqueyroux.

La quête de la liberté :
  « [...] les êtres nous deviennent supportables dès que nous sommes sûrs de pouvoir les quitter.»

La liberté, ce droit universel Thérèse semble le chercher, cette impression de quête nous est révélée dès le début du chapitre « Thérèse Desqueyroux,dans ce couloir dérobé du palais de justice, sentit sur sa face la brume et, profondément, l'aspira » être libre comme l’air, avoir des ailes et voler au dessus des hommes pour acquérir de nouveau son droit d’être humain et de retrouver enfin une vie : « L'odeur de fournil et de brouillard n'était plus seulement pour elle l'odeur du soir dans une petite ville : elle y retrouvait le parfum de...
tracking img