Charleroi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (760 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Charleroi

Le recueil de Verlaine intitulé Romances sans paroles paraît en 1874, alors que l’auteur est en prison pour avoir tiré sur son compagnon Arthur Rimbaud. Il contient de nombreux poèmesécrits lors de la longue escapade en Belgique des deux amants.

Le paratexte permet de penser que le poème renvoie à une expérience personnelle de l’auteur. Le titre du recueil insiste, avec le mot« Romances » sur la musicalité, et la section « paysages belges », sur le pays. Le poème comporte sept strophes, composées de 4 vers de 4 syllabes (tétrasyllabe). Ce n’est pas une forme fixe. Les rimessont embrassées.
La première et la dernière strophe se répondent : la composition est circulaire. Ces strophes appartiennent à l’univers fantastique et mythologique avec la référence aux Kobolds, géniesdes métaux dans la tradition germanique ; elles rompent totalement avec le monde humain et industriel évoqué dans les autres strophes.

1) Où charleroi ?

Le style de notations évoque unetechnique impressioniste : le réel est perçu dans un mouvement discontinu et fragmentaire. Ce procédé permet de traduire une sorte d’instantanéité de la vision et des impressions qu’elle suscite :« Plutôt des bouges/ que des maisons ». Le texte se fonde sur une juxtaposition d’éléments brefs, contenus dans le cadre étroit des tétrasyllabes. Verlaine décrit la région de Charleroi vue du train en marche.Le tétrasyllabe crée un rythme heurté assimilable à celui d’un train roulant dans la campagne. Le paysage défile à travers la vitre, ce qui peut expliquer aussi que « l’avoine siffle » v 6 ou qu’ « unbuisson gifle/l’œil au passant » v 7-8. L’utilisation du pluriel « des gares tonnent » v 14 suggère la vitesse. Le rythme haché se répercute sur la description des éléments du paysage, brutale etfragmentée, à l’intérieur de strophes courtes de 4 vers.

2) Paysage état d’ame

L’absence du locuteur est relative car sa présence se manifeste dans le pronom « on » v 4, 13, 28, et la...
tracking img