Charles Baudelaire , La mort des amants

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1389 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte 1. Charle Baudelaire , La mort des amants (Les fleurs du mal )

►Analyse :



► Caractéristiques du sonnet , poème a forme fixe :

N°1 : Goupé en deux quatrains et deux tercet .
N°2 : Le même type de vers est conservé tout au long du poème .
N°3 : Rime précises conservée ,
Dans les quatrains , rimes croisée (ABAB)
Dans lestercets rime suivies , rimes croisées (ccd/ede)

►Recherche de figures de rhétorique :

-Comparaison 1 : Des divans profonds comme des tombeaux ( Vers 2 )

Comparé : des divans
Comparant : des tombeaux
Terme de comparaison : comme
Point de comparaison : la profondeur

-Comparaison 2 : un éclair unique comme un long sanglot , tout chargé d'adieux
(Vers 10-11)

Comparé : un éclairunique
Comparant : un long sanglot , tout chargé d'adieux
Terme de comparaison : comme
Point de comparaison : la puissance , la force , la brièveté

-Métaphore 1 : Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux ( Vers 6 )

La passion , de leur coeur , avant leur dernier adieux
Passion → Flambeaux → Lumineux , éclatant , Chaleur

-Métaphore 2 : Dans nos deux esprits , ces miroirs jumeaux( Vers 8 )

Deux esprits qui se ressemblent → Identique , fusionnel

-Métonymie 1 : Les miroirs ternis et les flammes mortes ( Vers 14 )

- Abstrait pour concret
Les miroir ternis → Leurs esprits ne se ressemblent plus , ils ne sont plus fusionnel
Les flammes mortes → Amour passionnel mort , disparus qui n'est plus la




►Symbolisme , correspondance , traits majeurs :

Le poètes'adresse à la femme aimée. On remarquera l'emploi du futur tout au long du sonnet : "Nous aurons", "nos deux coeurs seront", "qui réfléchiront", "nous échangerons, "un ange... viendra" : si le bonheur amoureux est envisagé au futur, c'est qu'il ne peut s'incarner au présent. Baudelaire ne croit pas en la possibilité de connaître le bonheur dans l'amour en cette vie ; le bonheur amoureux ne peutêtre envisagé que sous la forme d'une utopie onirique, dans un temps et un lieu indéterminés, hors du temps et de l'espace.

Un monde semblable au monde sensible :

Ce lieu n'est pourtant pas totalement différent du monde sensible : il est meublé de lits, de divans, orné de fleurs, de miroirs, éclairé par des flambeaux, on y voit les couleurs du ciel : le rose et le bleu des "ciels", au senspictural du terme ("Les ciels" de Watteau ou de Poussin). Ces objets ont une dimension symbolique : les flambeaux par exemple représentent la vie (on rencontre parfois à l'entrée des cimetières des flambeaux éteints et retournés) et les miroirs font partie de la symbolique platonicienne et chrétienne : Le monde sensible est le reflet du monde intelligible et nous voyons la réalité suprême "commedans un miroir".
La volupté n'en est pas non plus absente : "des lits pleins d'odeurs légères", "des divans profonds".

Un monde différent :

Le thème de la mort apparaît au deuxième vers du premier quatrain : "Des divans profonds comme des tombeaux" (noter les assonances en an/on/eaux) : nous sommes en présence d'une comparaison, d'une métaphore explicite ("comme") entre un objet du mondesensible ("divans") et un autre objet qui appartient lui aussi au monde sensible mais qui constitue un intermédiaire symbolique entre le monde sensible et le monde suprasensible : le tombeau.
Ce monde est à la fois semblable au monde sensible et différent de lui : "étranges fleurs" ("étranges" = étrangères, inconnues) qui fait référence au titre du recueil "Les Fleurs du Mal", "cieux plus beaux","bleu mystique".
L'amour n'en est pas absent non plus. Il se présente comme une entente parfaite entre les amants ; il n'y a plus de malentendus, d'incommunicabilité, de conflit (il s'agit bien d'une harmonie et non d'une fusion) :

►"Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs doubles lumières
Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux."

Le poète ne dit...