Charles baudelaire "l'invitation au voyage"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (939 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le poète Charles Baudelaire (1821-1867) est au confluent de trois mouvements littéraires, le romantisme, le Parnasse et le symbolisme. Dans son recueil Les fleurs du mal, qui parut en 1857, il offreune écriture entre tradition et modernité. Il va se tourner vers une nouvelle forme d’écriture poétique : le poème en prose, inspiré par le fameux Gaspard de la nuit d’Aloysius Bertrand. Il varéécrire en prose certains poèmes de son recueil, par exemple « la Chevelure » ou « L’invitation au voyage ». Ces poèmes en prose seront publiés en 1869, après sa mort, dans un recueil intitulé Le Spleen deParis. Nous étudierons les quatre premières strophes du « pendant » de « L’invitation au voyage », qui porte le même titre. Comment Baudelaire réussit-il à renouveler son langage poétique ? Dans cepoème en prose qui relève du registre lyrique, Baudelaire évoque un pays rêvé, lance une invitation au voyage et parle de sa quête de la plénitude.

Le poète affirme dés le début du poème l’existenced’un « pays de cocagne », un pays imaginaire ou l’on a de tout en abondance. Il insiste au début du deuxième paragraphe sur ce pays de cocagne : « un vrai pays de cocagne ». Ce pays est bien imaginairecomme le montrent différents indices, comme l’utilisation du verbe rêver aux lignes 2 et 23, la proposition incise « dit-on » et le mot « fantaisie » répété aux lignes 5 et 19. Ce pays est rêvé depuislongtemps par une imagination patiente et obstinée comme le montrent les deux dernière lignes du premier paragraphe. L’utilisation du conditionnel à la ligne 4 « On pourrait appeler » place aussi cepays du coté de l’imaginaire. Ce pays situé de façon vague dans « les brumes de notre nord » est appelé de différents noms exotiques « L’Orient de l’Occident, la Chine de l’Europe », une « Chineoccidentale ». La suite du poème l’identifiera clairement avec la Hollande, comme dans le poème en vers. Ce pays est aussi comparé à la femme aimée par deux fois : d’abord, à la fin du deuxième...
tracking img