Charles baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4086 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CHARLES BAUDELAIRE (1821-1867)

Biographie
Fils d’un sexagénaire disciple des philosophes et amateur de peinture, Baudelaire perd son père très jeune (1827). Sa mère se remarie avec le commandant Aupick, futur général, ambassadeur et sénateur sous l’Empire. L’enfant est révolté par ce mariage : il en voudra toute sa vie à sa mère (seuls deux poèmes évoquent sa mère, dont l’un, souvent étudié,évoque « la servante fidèle », la fidèle Martine qui a veillé sur lui. Baudelaire ne s’entend pas avec son beau-père : il est donc mis pensionnaire à Louis-le-Grand. Elève cynique et solitaire, il mène après ses études une vie de bohème au Quartier Latin. Pour mettre fin à ses frasques, sa famille l’embarque sur un voilier en partance pour les Indes. Mais Baudelaire n’ira pas plus loin que l’IleBourbon (aujourd’hui La Réunion). Il est de retour au bout de six mois, exige alors sa part de l’héritage paternel et verse dans le dandysme. Il se lie avec la mulâtresse Jeanne Duval, la célèbre « Vénus Noire », qu’en dépit d’autres amours, il gardera comme compagne jusqu’à sa mort. C’est la période la plus heureuse de son existence ; il écrit déjà quelques poèmes des « Fleurs du Mal ». Mais commeil gaspille sa fortune, (paradis artificiels, maîtresses, etc.) sa famille lui impose un Conseil Judiciaire qui lui octroie 200 Francs par mois. Désormais, il va devoir « travailler » pour survivre. Il devient critique d’art (c’est un des maîtres du genre) : « Salons » (1845-46 et 59), « Exposition Universelle »(1855).    Il découvre l’œuvre de l’américain Edgar Allan Poe (1846-1847) et traduitses œuvres en français. Cet auteur va avoir beaucoup d’influence sur lui.
Le recueil « Les Fleurs du Mal », publié en 1857, lui vaut une condamnation pour immoralité. La deuxième édition, amputée des poèmes incriminés mais enrichie de beaucoup d’autres, paraît en 1861. Miné par l’opium et le haschisch, Baudelaire est contraint de « produire » pour alléger ses dettes, qui l’écrasent.Incidemment, malgré son état, il est le seul à remarquer le talent de Constantin Guys, à faire connaître Théodore de Quincey, et à défendre le génie de Wagner.
Dès 1864 il s’exile en Belgique pour donner une série de conférences qu’il croit pouvoir être fructueuses. Il écrit également des poèmes en prose. Il voudrait rentrer en France couvert de gloire… Mais, abattu par une crise en mars 1866, il esttransporté à Paris, aphasique (il a perdu l’usage de la parole) et, à demi-paralysé, meurt en août 1867.
Baudelaire s’attache, à travers sa propre expérience, à retracer la tragédie de l’être humain. « Homme double », créature en éternel conflit entre le Ciel et l’Enfer, c’est ce perpétuel conflit qui explique la trame du recueil « les Fleurs du Mal ». A des ensembles qui aspirent vers l’Idéals’opposent d’autres ensembles, évoquant la Chute, source du mal moral que le poète appelle « Spleen » (ennui, détresse, dépression). La première partie de l’œuvre, « Spleen et Idéal », montre comment le poète veut se guérir de l’Ennui. Il s’adresse à la Poésie, à l’Amour, mais ceux-ci sont impuissants à le guérir. Poursuivant sa quête, Baudelaire se tourne vers d’autres moyens d’évasion : le spectacle de laville et de ses semblables, les paradis artificiels, et finit par s’abandonner à la mystique noire : « O Satan, prends pitié de ma longue misère ! »… Puis, vers l’ultime remède, le Grand Voyage : « Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau » :(la mort).

Etude du poème « L’HORLOGE »

Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit :« Souviens-toi ! »
Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d’effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible ;

Le plaisir vaporeux fuira vers l’horizon
Ainsi qu’une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : « Souviens-toi ! » - Rapide, avec sa voix...
tracking img