Charles juliet- lambeaux explication du titre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1097 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CONSTRUCTION DU TEXTE PARTIE = LAMBEAUX

PRESENTATION

Charles Juliet est né en 1934 à Jujurieux (Ain). A trois mois, il est placé dans une famille de paysans suisses qu'il ne quittera plus. A douze ans, il entre dans une école militaire dont il ressortira à vingt, pour être admis à l'Ecole de Santé Militaire de Lyon. Trois ans plus tard, il abandonne ses études pour se consacrer àl'écriture. Il travaille quinze ans dans la solitude avant de voir paraître son premier livre. Il vit à Lyon.
source.

Dans ce texte autobiographique, paru en 1995, l’auteur, Charles Juliet, retrace son enfance après avoir évoqué sa mère paysanneet dennonce l’internement abusif des femmes au XIXe siècle

Charles Juliet utilise un forme de fragment pour restituer les lambeaux
de son passé. Decourts paragraphes qui saisissent ds moments de sa vie,
pris sur le vi avec des phrases, souvent nominales, au présent avec un
rythme haltant.Ce qui donne une certaine sincéritée au texte

TU
Dans la premier partie, le narrateur adulte utilise le tu pour s’adresser à sa mère et à l’enfant qu’il était. Le tutoiment nous faitpenser qu'il écrit une longue lettre à sa mère ce qui rend l'écriture autobiographique d'autant plus sincère.
Puis vient la deuxième partie où Charles Juliet nous parle de lui
"Tu es le dernier des quatres enfant."
Il parle de lui a la premier personne car ce serai plus facile pour le lecteur de resentir les émotions qu'il veut nous faire passer nous, nous sentons directement concernés
Oùbien pour ce différencier du personnage qu'il a été, malheureux et " incompris " à celui qu'il est maintenant avec "une force sereine [l'habitant]" .

il parle à la seconde personne, cherchant sans doute d'une part à se rapprocher de sa mère biologique qui mourut tragiquement et d'autre part prendre de la distance avec sa propre histoire.


CONSTRUCTION DU TEXTE PARTIE = LAMBEAUXÀ de nombreux points de vue, la construction de ce livre rappelle des "lambeaux" même si
Charles Juliet déclare ne pas en avoir conscience.
La disposition
des paragraphes tout comme le déroulement du récit suggèrent en effet des fragments d'écrits,
agencés tout de fois de manière à former un tout cohérent, retraçant ainsi l'état d'esprit
des personnages. Les paragraphes sont tantôtcourts, tantôt longs ce qui fait penser à la forme destructurée, impercise des lambeaux,
Chaque partie est elle-même constituée de fragments centrés sur des souvenirs marquants
pour l’auteur ou les épisodes imaginés d’après ce que l’auteur a pu recueillir comme
informations sur la vie de sa mère. Des blancs traversent le texte, le scindent,matérialisant le passage de l’oubli ou les lacunesdes récits.
Comme si sont texte était reconstitué avec ses lambeaux qui sont les parties de sa vie.
Chaque partie est elle-même constituée de fragments centrés sur des souvenirs marquantspour l’auteur ou les épisodes imaginés d’après ce que l’auteur a pu recueillir comme
informations sur la vie de sa mère. Des blancs traversent le texte, le scindent,
matérialisant le passage del’oubli ou les lacunes des récits.

PAROLES EN LAMBEAUX

Enfin parole en lambeaux quand elle n’arrive à s’exprimer. Le mal qui ronge la mère,
c’est l’impossibilité de communiquer, de trouver quelqu'un qui l’écoute. L’expression de
son dernier appel au secours est un acte de rébellion. C’est une sorte de poème déchirant
écrit avec de la peinture volée :

« je crèveparlez-moi

parlez-moi

si vous trouviez
les mots dont j’ai besoin
vous me délivreriez
de ce qui m’étouffe » .

(faisant dévier mes chemins . Il 'a déchiré. Et il a fait de moi une horreur..)

Chaque mot porte le poids d’une parole refoulée qui la ronge de l’intérieur.

Mais par son projet d’écriture, l’auteur parvient à dépasser la déchirure.
Le narrateur instaure le dialogue...
tracking img