Cheavalier double

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (307 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Toutes les femmes entourèrent Rahma la malheureuse. Elle réussit enfin à les renseigner* : Zineb avait disparu, perdue dans la foule. En vain, sa mère avait essayé de la trouver dansles petites rues latérales, Zineb s’était volatilisée, le sol l’avait engloutie et il n’en restait la moindre trace.

La nouvelle de cette disparition* se propagea instantanément dansle quartier. Des femmes inconnues traversèrent les terrasses pour venir prendre part à la douleur de Rahma et l’exhorter à la patience. Tout le monde se mettait à pleurer bruyamment.Chacune des assistantes gémissait, se lamentait, se rappelait les moments pénibles de sa vie, s’attendrissait sur son propre sort.

Je m’étais mêlé au groupe des pleureuses etj’éclatais en sanglots. Personne ne s’occupait de moi. Je n’aimais pas Zineb, sa disparition me réjouissait plutôt, je pleurais pour bien d’autres raisons. D’abord, je pleurais pour faire commetout le monde, il me semblait que la bienséance* l’exigeait ; je pleurais aussi parce que ma mère pleurait et parce que Rahma qui m’avait fait cadeau d’un beau cabochon de verre, avait duchagrin* ; mais la raison* profonde peut-être, c’était celle que je donnais à ma mère lorsqu’elle s’arrêta, épuisée. Toutes les femmes s’arrêtèrent, s’essuyèrent le visage, qui avec unmouchoir*, qui avec le bas de sa chemise. Je continuais* à pousser des cris* prolongés. Elles essayèrent* de me consoler*. Ma mère me dit :
-Arrête ! Sidi Mohammed, on retrouveraZineb, arrête ! Tu vas te faire mal aux yeux avec toutes ses larmes.
Hoquetant, je lui répondis :
-Cela m’est égale qu’on ne retrouve pas Zineb, je pleure parce que j’ai faim* !
Ma mèreme saisit par le poignet et m’entraîna, courroucée.
Ahmed SEFRIOUI, La boite à merveilles, 1954, ch.3.
tracking img