Chick corea

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1618 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sa jeunesse :
Armando Anthony Corea est née à Chelsea, au Massachusetts le 12 juin,
1941. Il est de descendance Sicilienne et Espagnole. Son père était un
joueur de trompette jazz qui avait dirigé un Dixieland band dans la région
de Boston dans les années 30 et 40. C’est à 4 ans que le petit Armando
Commença à étudier le piano. Vers l’âge de 8 ans, il prit des cours de piano
classiqueavec le pianiste de concert, Salvatore Sallo. Il eu une influence
notable en lui aidant à développer son intérêt de composition musicale. À
ce moment, les grandes Star du Bebop tels qu’Horace Silver, Bud Powell
étaient à leurs sommets. Il apprit aussi à jouer du « drum », ce qui influença
plus tard son utilisation du piano comme un instrument de percussion.
C’est au secondaire qu’ilcommença à faire des « gigs », ayant reçu un
tuxedo noir par son père. Il écoutait avec plaisir le groupe de Herb Pomeroy
à cette époque et il avait aussi, un trio qui jouait de l’Horace Silver à un club
de jazz local. C’est grâce à la collaboration avec Phil Barboza et Bill Fitch
dans un groupe Portuguais qu’on lui introduit la musique Latin. Il prit vite
goût à cette musique, spécialementà la dance et au style salsa.

Début de composition :
Il décida finalement de déménager à New-York où il étudia la musique à
l’Université de Columbia et ensuite, il étudia 6 mois à l’Université Julliard.
Un de ses professeurs de l’Université était Peter Schickele. Il décrit Chick
comme « l’élève le plus stimulé que j’ai enseigné ». Son premier «gig»
professionnel en 1960 avec CabCalloway, qui est venu avant le relais du
band Latin dirigé par Mongo Santamaria et Willie Bobo. Un des premiers
enregistrements de sa musique est probablement « Blue Mitchell’s quintet
on The Thing to do». Cette album comporte la composition «Chick’s Tune»,
qui démontre le fondement mélodique et les rythmes «Latin-and-swing»
qui caractérise en partie le style personnel de Corea.

Chefmusical :
Son premier album comme «leader» était coloré pour Joan’s Bones en
1966, 2 ans avant la publication de son album Now he sing, Now he sobs,
avec Roy Haynes sur le drum et Mirosla Mirosla Vitous à la bass. Il parait
aussi comme accompagnateur avec Stan Gets en 1967 sur Sweet Rain de
Verve Records.

Chick : un avant-gardiste
Entre 1968 et 1971, Chick Corea a beaucoup été associécomme un
musicien avant-gardiste. Son style de solo, très dissonant était bien
innovateur à l’époque. Nous pouvons bien entendre ce jeux musical dans
ces solos live sous la direction de Miles Davis, ses enregistrements avec
Circle et a joué entre autre sur l’album de Joe Farrell «Song of the Wind».

Début du mouvement Jazz Fusion :
C’est en septembre 1968, qu’il remplace Herbie Hancock aupiano dans
David’s Band et apparaît sur des albums critiques comme «Filles de
Kilimanjaro, In a Silent Way et Bitches Brew». Dans les concerts, la section
rythmique de Corea « Dave Holland et Jack Dejonnette», combine des
éléments du free jazz et de la musique rock. Il fait entre autre des
expérimentations avec son fameux piano électrique «Fender Rhodes», un
instrument très critiquepour l’époque du jazz fusion. En spectacle, il utilise
souvent le «anneau modulateur» du piano qui peut facile du faire penser à
Karlheinz Stockhausen. Utilisant ce style, il a comparut sur de multiple
album avec Davis, incluent «Black beauty», «Live at the Fillmore West» et
«Miles Davis at Fillmore». Ses concerts avec Miles Davis Band à continué
dans les années 70 avec une grandestournées de band comme Steven
Grossman, ténor sax, Keith Jarrett, additionnant le piano électrique et
l’orgue, Jack DeJohnette, drums, Dave Holland, bass, Airto Moreira,
percussion, et Miles à la trompette. Holland et Corea décide de former leur
propre groupe «Circle», débutant entre les années 70-71. Ce groupe à
saveur free jazz comprend de grands musiciens comme Anthony Braxton et...
tracking img