Chossette

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2339 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’homme et la mer : Ainsi les doubles se confondent. On entrevoit les aspirations contradictoires de l’homme ainsi que la lutte entre le spleen et l’idéal. L’immensité du temps et de l’espace renvoient à un temps infini et à un espace intérieur, mental et poétique. L’eau est le miroir de l’homme, le reflet de son cœur, de son esprit et de son âme. Elle permet par le biais de la poésie de rendrecompte de l’ambiguïté des sentiments humains et de leur violence. Texte en relation avec le célèbre poème de Pierre de marbeuf « Et l'amour et la mer ont l'amer pour partage ».
 
L’horloge : Avec ce poème, Baudelaire adresse un message à portée universelle (cf. le "nous" du vers 2), ce n'est pas ici seulement le poète qui est impliqué. Le Temps est en fait le symbole du drame dont l'homme est lethéâtre.  L'homme, dont la vie est jalonnée par la souffrance et les fautes, dont il se repent trop tard, manque de plus à la vertu, puisque cette épouse est... "Encore vierge". Ultime image puissante d'une œuvre magistrale, ma préférée de toutes les merveilles composées par Baudelaire.

La charogne : Cependant, ce texte est moins descriptif que didactique. Il nous permet en effet d'assister àla naissance d'une Fleur du Mal et de comprendre les étapes de l'activité poétique, leur sens et leur importance. La poésie nouvelle n'impose pas au réel, dès le premier regard, des formes sublimées qui n'existent pas. Elle fait au contraire du réel, de ses manifestations étranges et fantastiques, le matériau privilégié de ses investigations ; l'art est, pour Baudelaire, artificiel, au sens positifdu terme, c'est-à-dire métamorphose ou alchimie permanente de l'horrible, le réel, en « fleur ».
Dans sa démarche, l'art est perception du réel par la sensibilité, et mise à mort par la mémoire de ce réel. La mémoire fonctionne comme un crible qui ne retient que quelques formes, résurrection par la création artistique.
Le revenant : Dans ce sonnet, Baudelaire souhaite nous donner une impressiond'amour, l'amour d'une personne sans-vie. Il n'y a pas que l'amour, mais aussi la tristesse qui parcourt ce poème. On ressent l'envie qu'une personne touche quelqu'un d'autre. "Tu trouveras ma place vide". Cette phrase témoigne de la tristesse. "Des baisers froids comme la lune". Cette phrase témoigne de l'amour présent et surtout  la présence de l'absence dans ce sonnet. Il y a aussi la mort,"Je reviendrai dans ton alcôve". Ceci montre que la personne est morte, que ce n'est que brume comme le dit Baudelaire. " Et je te donnerai ma brume".
 

La musique : Forme remarquable, moyens originaux pour faire percevoir ses sentiments et traduire un phénomène de synesthésie
      Elargir avec Harmonie du Soir XLVII : même rythme à 4 temps avec un retour régulier du même vers (pantoum), //mouvement de valse

Harmonie du soir :
Un pantoum : quatrains à rimes croisées ou les vers deux et quatre du 1er quatrain vont être repris aux vers 1 et 3 du quatrain suivant.
Champ lexical de la religion : »Ostensoir, reposoir, encensoir », qui fournit la rime suffisante ou riche.
Une forme très savante et très travaillée au service de la mise en relation des thèmes de la religion et ducouchant ;
-passage du temps : du crépuscule à la nuit. Passage du jour à la nuit.
- évolution dans l’espace : on passe du mouvement (parfums et sons) à l’idée d’immobilité
- évolution des états d’âme : émotion, souffrance puis évocation du souvenir.
1/ Le thème de la religion ; Voici venir les temps : évocation du ton prophétique et biblique, très solennel. Insistance sur le mouvement (vibrant,mouvement de l’encensoir, le parfum qui se répand.), souligné par l’allitération en –V
2/ le thème des correspondances entre parfums et sons (tournent, valse, vertige) et la régularité des vers 3 et 4 (4/4/4) et (2/4/4/2). Répétition des sonorités vocaliques.
Dans le deuxième quatrain, on observe la même combinaison des deux thèmes religion et émotion. Le poème prend la forme d’une incantation...
tracking img