Chris

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2709 mots )
  • Téléchargement(s) : 1
  • Publié le : 8 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Votre projet

Quelles sont les motivations qui vous conduisent à demander la validation de vos acquis pour l’obtention du diplôme d’Etat d’aide-soignant ?

Au cours de mon parcours professionnel, j’ai souvent été amenée à exercer des tâches qui relevaient davantage du rôle de l’aide-soignant que de celui de la garde des personnes ou de l’entretien exclusif .J’ai travaillé pendant plusde trois(3) ans depuis 2003 dans des centres tels que le centre hospitalier du Bois-petit( Sotteville ), la maison de retraite Hotélia(Rouen Saint-Sever) et actuellement je suis en activité au centre hospitalier de Darnetal(76) où en tant qu’agent de service hospitalier j’ai plus fait fonction d’aide-soignant. Ces tâches d’aide-soignant je les ai exécutées surtout après l’obtention de mon diplômed’Assistant de vie (AFPA- ROUEN).

J’ai découvert la VAE par les médias et par mes collègues avec lesquels j’ai travaillé dans distinctes structures, comme ceux cités là-haut, aujourd’hui je travaille au centre hospitalier de Darnetal (76) où certains ont obtenu le diplôme d’aide-soignant par la VAE.

Après tant d’années de cumul d’une riche expérience, je me sens tout à faitapte à la valider, afin d’assumer de manière officielle et légale les fonctions d’aide-soignant. L’obtention de ce diplôme sera la reconnaissance de mes compétences et une contribution à un épanouissement futur.

C’est la raison pour laquelle je souhaite l’obtenir.

L’aide au repas

J’ai apportée de l’aide à Mr B. âgé de 70ans et pesant près de 78 kg pour une taille de 1.65 mètres. C’est un patient qui a travaillé comme ouvrier agricole et dans les foires pendant toute sa vie, il est célibataire sans enfant. Il apporte une consommation de 2 paquets par jour. Il apporte un bon investissement dans les activités de la vie quotidienne. Il participe avec plaisir aux séances de kinésithérapie. Mr B. souffre d’hypertension artérielle, ce qui le contraint à suivre unrégime sans sel large. Suite au traumatisme crânien dont il a souffert, il est déclaré hémiplégique de ses membres inferieurs.

J’arrive à 8h30 à la porte de sa chambre après m’être auparavant lavée les mains, je frappe à sa porte, je lui dis bonjour et je demande s’il a bien dormi ; je lui annonce que c’est l’heure de prendre le petit déjeuner ; je fais le nécessaire pour respecter seshabitudes alimentaires, c’est pour cela que je veille à m’informer au préalable des goûts, des habitudes culinaires et du régime alimentaire du patient. Je prépare le plateau du petit déjeuner de Mr B. avec du pain sans sel, du sucre, de la confiture, du café chaud dans une tasse, du beurre et sans oublier un verre d’eau. Pendant que l’infirmière ramène les médicaments, je règle l’adaptable, jepose le petit déjeuner après avoir tartiné le pain avec de la confiture et je mets une serviette autour du cou de Mr B pour manger. Je dessers le petit déjeuner à la fin de celui-ci et je le réinstalle pour le début des soins.

MODULE – 2

2- Votre expérience d’observation et de mesure de l’état d’une personne

1-observations de l’état clinique d’une personne et mesures réalisées :Quels paramètres vitaux ou signes avez-vous mesurés ou observés fréquemment ? (Température, diurèse, poids, taille, état de la peau et des muqueuses, signes de détresse et de douleur)

Je prends la température, le poids, j’observe l’état de la peau et des muqueuses, la douleur.

Pourquoi (en lien avec quel risque) ?

La température : recherche d’hyperthermie, d’infection, de phlébite.Le poids  : risque de dénutrition, surtout chez les personnes âgées, risque de rétention d’eau et d’œdème.

Observation de la peau : risque de lésions cutanées par irritation, sécheresse, prurit.

Observation des muqueuses : déshydratation, mycose.

Observation de la douleur : pour prévenir et anticiper d’éventuelles complications

Avec quels outils ? Quelles courbes de surveillance...
tracking img