Christoph willibald gluck

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1109 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 septembre 2008
Lire le document complet
Aperçu du document
Christoph Willibald Gluck
1775.Christoph Willibald Gluck est un compositeur allemand né à Erasbach le 2 juillet 1714 et mort à Vienne (Autriche) le 15 novembre 1787.

Professeur de clavecin et de chant de Marie-Antoinette, future reine de France, il a changé le visage de l'opéra avec sa célèbre réforme, visant à introduire le naturel et la vérité dramatique, qui l'opposa aux piccinistes,défenseurs de l'opéra italien, sans jamais toutefois le brouiller avec qui que ce soit. Il reste l'un des compositeurs les plus importants de la période classique avec Joseph Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart, Karl Ditters von Dittersdorf, Franz Krommer et Carl Philipp Emanuel Bach.


Biographie
Gluck était le fils d'un forestier du Haut-Palatinat bavarois, ancien militaire au service des princes deLobkowitz qui, en quittant le service, avait pris la profession traditionnelle dans la famille. Il ne faut pas imaginer, comme le donnent à croire certaines biographies, qu'il était un misérable bûcheron : le compositeur lui-même a dit qu'il était le fils d'un maître des Eaux et Forêts, ce qui constitue sans doute une bonne transposition, et il est certain que son père mourut fort riche.Christoph Willibald Gluck s'inscrivit en 1731 à la faculté de philosophie de Prague. Mais, depuis son plus jeune âge, il montrait des dispositions pour la musique que son père s'ingéniait à contrarier. Il avait appris seul la guimbarde, instrument peu bruyant auquel il pouvait s'exercer en cachette et, en 1734, il quitta la maison paternelle pour Vienne pour devenir musicien.

C'est à Milan, où ilarriva en 1735 et étudia sous la direction de Giovanni Battista Sammartini, qu'il fit jouer son premier opéra en 1741. Plusieurs autres suivirent dans différentes villes d'Italie, puis à Londres, en 1745-1746. Il y entra en relations avec Lord Middlesex, directeur de l'Opéra qui se trouvait encore au vieux théâtre de Haymarket. Gluck y donna avec un certain succès en janvier 1746 un opéra à sujetmythologique, La Chute des Géants (La Caduta de' Giganti), puis, en avril de la même année, Artamene, démarqué de son Tigrane de 1743. Lors de ce séjour anglais, Gluck découvrit la musique de Haendel – à qui l'on chercha peut-être à l'opposer, car le Prince de Galles, qui protégeait l'Opéra, était en conflit avec son père le roi George II qui protégeait Haendel – et se lia avec le compositeur ThomasArne.

Gluck quitta l'Angleterre et voyagea pendant trois ans, notamment à Dresde, Copenhague, Naples et Prague. En 1748, il fit jouer avec un grand succès à Aix-la-Chapelle sa Semiramide riconosciuta, sur un livret de Métastase. Le 15 septembre 1750, il épousa Maria Anna Pergin, fille d'un riche négociant de Vienne. Ils n'eurent pas d'enfant mais adoptèrent une fille, Marianne, née en 1759 etmorte prématurément en 1776.

Gluck finit par s'établir à Vienne en 1752 en qualité de chef de l'orchestre du prince de Saxe-Hildburghausen, puis de maître de chapelle. Il commença à arranger des opéras-comiques français pour le théâtre de la cour et à composer des divertissements italiens. Ses amis tentèrent d'abord sans succès de lui obtenir un poste à la cour mais, en 1759, il fut nommé authéâtre de la cour et, peu après, se vit accorder une pension.

Il fit la connaissance du poète Ranieri de’ Calzabigi et du chorégraphe Gasparo Angiolini, et, avec eux, il composa un ballet-pantomime Don Juan (1761). L'année suivante, il composa l'opéra Orfeo ed Euridice, qui engagea ce qu'il est convenu d'appeler la « réforme de l'opéra » et reste comme l'un de ses chefs-d'œuvre. En 1764 il donna unopéra-comique, La rencontre imprévue, et l'année suivante deux ballets, puis deux nouveaux opéras, toujours sur des livrets de Calzabigi, Alceste (1767) et Paride ed Elena (1770).

Gluck décida alors d'appliquer ses théories à l'opéra français et, en 1774, il donna Iphigénie en Aulide et Orphée et Eurydice, version française de son opéra de 1762. Ce fut un triomphe en même temps que le...
tracking img