Citation denis diderot - dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1127 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Le travail, entre autres avantages, abrège les heures et étend la vie »
Denis Diderot

Les étudiants progressent dans leurs études généralement dans un but : obtenir leur diplôme afin de trouver un travail qu’ils aimeront, qui leur apportera de l’épanouissement et un bon revenu. En dehors de cecontexte, les raisons de travailler sont parfois bien différentes, et ce n’est pas toujours un choix. Actuellement, dans un monde où le travail, en tant qu’activité professionnelle, est omniprésent dans une infinité de domaines, nous sommes amenés à nous demander ce qu’il nous apporte, quels sont ses avantages. Certains, comme Denis Diderot, estiment que le travail, en tant qu’occupation quiremplit notre temps, permet de ne pas voir le temps passer. Il aide par ailleurs, par l’abondance de ses découvertes, à étendre la vie en termes de richesse et d’intérêts ; il donne également, dans le cas d’une activité physique, l’opportunité d’améliorer la santé et de vivre plus longtemps. D’autres, en revanche, estiment que le travail est une obligation lourde, stressante et fatigante, qui nousempêche de profiter des autres opportunités de la vie. Nous pouvons alors nous demander si le travail est vraiment un avantage dans la vie. La rend-il plus passionnante, vivante et saine ou, au contraire, l’empêche-t-il d’être vécue pleinement ?

On estime souvent qu’on travaille par nécessité économique avant tout, afin de vivre et de pourvoir aux besoins que la vie d’aujourd’hui nous impose. Dansnotre culture occidentale, on pourrait donc voir l’activité professionnelle, d’un rapide coup d’œil, comme une obligation contraignante qui nous prive de notre liberté. Lorsqu’on essaye d’imaginer l’occupation des enfants, hormis l’école, on pense tout de suite au jeu. En revanche, pour les adultes, le mot travail nous vient directement : cela donne l’impression d’une emprise sur notre liberté. Letravail est par ailleurs vu comme une certaine obligation si l’on se base sur les traditions qui fondent notre société occidentale : selon la religion protestante, le travail est un moyen de salut pour l’homme. Même si l’éthique de la société a bien changé aujourd’hui, nous avons hérité de cette mentalité. L’opinion publique envers les chômeurs le montre bien. Pourtant, il y a une autre vision del’activité professionnelle. En effet, on entend également souvent, paradoxalement, que le travail libère l’homme de l’ennui. Il lui permet de se donner un but, de remplir une tâche concrète ; en bref, de remplir sa vie, tant au sens littéraire que littéral. De plus, le travail permet à l’homme d’accumuler des savoirs, tant intellectuels que manuels selon l’activité.

Tout d’abord, l’homme quiexerce une activité professionnelle se sent utile. En effet, il participe au bon fonctionnement de la société : son activité n’est pas vaine et inutile, au contraire. L’homme sent qu’il fait « avancer le monde ». Dans un monde comme celui d’aujourd’hui, dans lequel les croyances personnelles se font de plus en plus rares et où l’homme a peine à trouver un sens à sa vie, le travail peut lui endonner un : particulièrement, par exemple, dans un travail diversifié dans lequel il prend en charge des responsabilités, le challenge s’imposera sans arrêt à lui ; il devra donc faire preuve de créativité et de ressort afin de mener sa tâche à bien. Cela lui apportera donc stimulation, motivation et enrichissement intellectuel dans sa vie. Néanmoins, si l’homme exerce son activité dans un contexterébarbatif et répétitif, comme celui d’un travail à la chaîne par exemple, il ne trouvera pas ces apports positifs. Tout dépend alors de la nature du travail. Le travail, s’il est intellectuellement motivant, apporte ainsi à l’homme un sens et une grande stimulation à sa vie.

Toutefois, si on reprend cette idée de travail à la chaine, le travail d’un homme nuit parfois à sa santé et entraine...
tracking img