Citations de jean-paul sartre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1014 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Nausée , 1938

J'existe parce que je pense...
La Nausée, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 1938, p. 145

[modifier]
Le Mur, 1939

Quelques heures ou quelques années d'attente c'est tout pareil, quand on a perdu l'illusion d'être éternel.
Le Mur, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 1939, p. 27

[modifier]
L'Être et le Néant, 1943

C'est à partir du jour où l'on peut concevoir un autreétat de choses qu'une lumière neuve tombe sur nos peines et sur nos souffrances et que nous décidons qu'elles sont insupportables.
L'Être et le Néant (1943), Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, coll. tel, 2006 (ISBN 2-07-029388-2), p. 479

Chaque regard nous fait éprouver concrètement […] que nous existons pour tous les hommes vivants.
L'Être et le Néant, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 1943,partie 3 (« Le Pourautrui »), chap. 1er (« L'existence d'autrui »), IV (« Le Regard »), p. 341

[modifier]
Huis clos, 1944

Je n'ai pas rêvé cet héroïsme. Je l'ai choisi. On est ce qu'on veut.
Huis clos, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 2000 (ISBN 2-07-036807-6), p. 90 (voir la fiche de référence de l'œuvre)

Seuls les actes décident de ce qu'on a voulu.
Huis clos, Jean-Paul Sartre, éd.Gallimard, 2000 (ISBN 2-07-036807-6), p. 90 (voir la fiche de référence de l'œuvre)

On meurt toujours trop tôt - ou trop tard. Et cependant la vie est là, terminée [...]. Tu n'es rien d'autre que ta vie.
Huis clos, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 2000 (ISBN 2-07-036807-6), p. 90 (voir la fiche de référence de l'œuvre)

Alors, c'est ça l'enfer. Je n'aurais jamais cru... Vous vous rappelez: lesoufre, le bûcher, le gril... Ah! quelle plaisanterie. Pas besoin de gril : l'enfer, c'est les Autres.
Huis clos, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 2000 (ISBN 2-07-036807-6), p. 92 (voir la fiche de référence de l'œuvre)

[modifier]
Les Mains Sales, 1948

Hoederer : Moi j'ai les mains sales. Jusqu'aux coudes.
Les mains sales, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 1948, p. 198

[modifier]
LeDiable et le Bon Dieu, 1951

Gœtz : [...] Salut petit frère ! Salut en bâtardise ! Car toi aussi tu es un bâtard ! Pour t'engendrer, le clergé a couché avec Misère ; quelle maussade volupté !
Gœtz s'adresse au père Heinrich qui vient de trahir sa ville.
Le Diable et le Bon Dieu, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 1971 (ISBN ISBN 2-07-036869-6), acte I, scène IV, p. 57 (voir la fiche de référencede l'œuvre)

Gœtz : Je me moque du Diable ! Il reçoit les âmes, mais ce n'est pas lui qui les damne. Je ne daigne avoir affaire qu'à Dieu, les monstres et les saints ne relèvent que de lui.
Gœtz s'adresse au père Heinrich qui lui affirme que tous les deux verront le Diable pendant la nuit l'un pour sa trahison l'autre pour son massacre
Le Diable et le Bon Dieu, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard,1971 (ISBN ISBN 2-07-036869-6), acte I, scène IV, p. 59 (voir la fiche de référence de l'œuvre)

Le banquier : Mais vous approuviez la clémence de l'Archevêque !
Gœtz : Et je l'approuve encore. Il est offensé et prêtre : deux bonnes raisons de pardonner. Mais moi, pourquoi pardonnerais-je ? Les habitants de Worms ne m'ont pas offensé. Non, non : je suis militaire, donc je tue. Je les tueraiconformément à mon office et l'Archevêque leur pardonnera, conformément au sien
Le Diable et le Bon Dieu, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 1971 (ISBN ISBN 2-07-036869-6), acte I, scène III, p. 75 (voir la fiche de référence de l'œuvre)

Gœtz : De quoi te mêles-tu ? (Un temps.) Le mal, ça doit faire mal à tout le monde. Et d'abord à celui qui le fait.
Gœtz s'adresse à Catherine lui demandant s'ilsouffre à cause de l'archevêque qui vient de lui retirer ses terres
Le Diable et le Bon Dieu, Jean-Paul Sartre, éd. Gallimard, 1971 (ISBN ISBN 2-07-036869-6), acte I, scène IV, p. 80 (voir la fiche de référence de l'œuvre)

Gœtz : [...] Alors réjouis-toi, je la prendrai.
Catherine : Mais pourquoi ?
Gœtz : Parce que c'est mal.
Catherine : Et pourquoi faire le Mal ?
Gœtz : Parce que le Bien...
tracking img