Citations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3308 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’argent de La Fontaine

______________________

Les premières lettres connues de La Fontaine sont d’argent. Le futur fabuliste, en prose, y traite force affaires, sans souci des « doux charmes de maint songe1 » ou de Jeannot Lapin. « Monsieur mon oncle « J’ai enfin vendu ma ferme de Damart, moyennant 19.114 livres, à mon beau-frère : c’est-à-dire qu’il a fait échange avec moi de son bien deChâtillon, qu’il a promis par un acte séparé de me faire valoir dix-mille-six cents-livres, m’a baillé 214 livres, m’a fait une promesse, payable dans trois mois, de 1300 livres ; et du surplus, montant à 7000 livres, il m’a fait constitution ». Début de la première lettre que nous laisse La Fontaine, âgé alors de 35 ans, datée du 16 février 1656. De nouveau à son oncle, A Reims, ce 19 août 1658 :« Je vous renvoie le calcul de ma sœur, bien différent du mien. La différence vient de ce que, dans le mémoire des quittances que vous m’avez envoyées, il y en a une de 400 livres, du 2 septembre 1656, dont il n’est point fait mention dans le mémoire de ma sœur ; et peut-être impute-t-elle cela sur les arrérages qui précèdent la dernière quittance de 57, dont je vous ai envoyé copie »….Liquidation, vente, succession, transformation de propriétés foncières en argent, les premières lettres de La Fontaine, si on les donnait toutes, lasseraient, mais elles prouvent au moins que leur auteur connaissait l’art des transactions, les valeurs des monnaies, diverses en France au XVIIème siècle, et qu’il savait écrire d’argent. Le « bonhomme » n’était pas si naïf qu’on pu, ou qu’il a pu, le laissercroire. Dans ses lettres, cet héritier d’une jolie fortune, provinciale, terrienne, maître des Eaux et Forêts à ChâteauThierry, ne laissait rien deviner du poète qu’il deviendrait, et qu’il n’était pas encore à 35 ans, l’écrivain n’étant né qu’autour de la quarantième année de l’homme La Fontaine. Celui-ci mettait parfois sa plume, versificatrice, au service des besoins de ses compatriotes. C’estainsi qu’en 1660, comme les habitants de Château-Thierry voulaient refaire un pont sur la Marne, il composa une ballade visant à leur procurer quelque argent : « Or d’en avoir c’est la difficulté ; La ville en est dès longtemps dégarnie : Qu’y ferait-on ? Vice n’est pauvreté. Mais cependant, si l’on n’y remédie, Chaussée et pont s’en vont à la voirie. Depuis dix ans, nous ne savons comment, LaMarne fait des siennes tellement
1

Le Dépositaire infidèle, IX, 1.

Que c’est pitié de la voir en colère. Pour s’opposer à son débordement, L’argent sur tout est chose nécessaire ». Envoi Pour ce vous plaise ordonner promptement Nous être fait du fonds suffisamment ; Car vous savez, Seigneur, qu’en toute affaire, Procès, négoce, hymen ou bâtiment, L’argent sur tout est chose nécessaire2.» LaFontaine destinait cette Ballade au Surintendant des Finances, Fouquet, son protecteur jusqu’en 1661. En lui, il voyait un modèle de bon dominant, créatif, ouvert au monde, à ses mouvements, quelque peu baroque, et, sans doute, génie financier, un homme sachant réunir sans violence des fortunes et les injecter dans des entreprises utiles. C’est ainsi que Fouquet avait fourni à Mazarin les moyens desa politique, le tout sans entasser. Après son arrestation, les juges du Roi s’aperçurent d’ailleurs qu’il était infiniment moins riche qu’il n’y paraissait, et même, tout compte fait, fort dépourvu. Fouquet attirait l’argent en donnant le sentiment d’en avoir et, surtout, d’en pouvoir avoir. Il suscitait le crédit en multipliant les signes de richesse, en faisant le paon, en construisant, parexemple, Vaux, « cette maison magnifique, avec ses accompagnements et ses jardins3.» C’était un grand animateur de circulations monétaires parce qu’il mettait l’argent en spectacle et le savait significatif bien au delà de son strict signifié monétaire. De ce point de vue, il se souciait moins d’orthodoxie financière que son rival Colbert, inquiet des comptes exacts et des réserves, préférant aux...
tracking img