Classiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6467 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les grands problèmes économiques contemporains

Chapitre 1 : Le marché et l’affectation des ressources
Section 1 : Les divers modes d’affectation des ressources
Supposons que les ressources soient rares c'est-à-dire qu’il s’agisse de biens matériels ou immatériels en quantité insuffisante pour que chacun puisse se servir librement sans priver les autres seuls les biens rares sont des bienséconomiques, les autres biens sont des biens abondants, ce sont également des biens libres en ce sens que chacun est libre de se servir sans qu’il y ait de règle d’affectation particulière, pour un bien rare il faut une règle ou une institution qui en assure l’affectation. Remarque importante, la rareté n’est pas une question de caractéristique physique ou de nombre, c’est la société qui fait larareté d’un bien.
Paragraphe 1 : les caractéristiques d’affectation
Comment attribuer un bien rare ? Il y a plusieurs individus en concurrence pour l’attribution d’un bien rare, c’est cette concurrence qui suscite l’apparition d’une institution chargée d’affecter les ressources, ainsi le marché est une institution. Comment caractériser un mode d’affectation d’une ressource ? D’abord il fautprendre en compte les couts, un mode d’affectation de ressource est plus ou moins couteux en temps, en effort, en monnaie. L’efficacité propre c'est-à-dire la capacité à effectuer le rationnement. L’efficacité sociale c'est-à-dire l’efficacité pour la société tout entière une mesure de l’efficacité sociale est la capacité à accroitre le volume de ressources disponibles, autre critère, la justice qui estassez difficile a apprécier, il y a deux concepts majeurs, la justice distributive chacun reçoit ce a quoi il a droit indépendamment a son activité, la justice commutative chacun reçoit en proportion de ce qu’il a donné. L’égalitarisme correspond à une justice distributive. Il n’y a pas de consensus entre ce qui est le critère justice pour un mode d’affectation mais il peut y avoir un consensuspour ce qui ne l’est pas. Le critère de justice sociale n’est pas un critère très commode pour juger l’affectation des ressources.
Paragraphe 2 : La règle premier arrivé, premier servi
Cette règle est peut couteuse, et elle a une bonne efficacité propre. En revanche elle a une efficacité sociale très faible. Certaines personnes pensent que cette règle est juste grâce à l’anonymat, d’autrespensent qu’elle est injuste, elle favorise les plus rapides, les plus forts.
Cette règle existe en économie. Imaginez une pénurie, le prix est bas, bloqué, il y’a une file d’attente, qui peut faire la queue au détriment de la production ? A Tokyo 1 millions de personnes allaient à la campagne chercher des biens alors que les prix en ville étaient plus bas. Ceci dit cette règle est parfois jugéeintéressante dans certains cas limites par exemple lorsque le fonctionnement par le marché est trop cher, c’est ce que l’on appelle parfois les couts de changement du catalogue. Adapter tous les jours les prix d’un bien en fonction du marché est difficile. Face à l’incertitude des offres de demande on a parfois intérêt à adopter la règle premier arrivé, premier servi. Les producteurs n’ont donc pasintérêt à changer les prix à chaque fois qu’ils sentent qu’il y a un déplacement de la demande. Il n’est pas souhaitable de chercher à tout moment le prix d’équilibre, dans ce cas c’est la règle premier arrivé, premier servi qui va déterminer qui ne sera pas servi parmi ceux qui étaient prés à payer le prix initial
Paragraphe 3 : le hasard
On peut d’abord souligner que le hasard joue un très grand roledans l’affectation des ressources, par exemple ce que nous transmet nos parents. L’efficacité propre est tout à fait impossible à déterminer, tout dépend de la façon de procéder. C’est une multitude de combinaison possible. L’efficacité sociale est quasiment nulle. La justice commutative est nulle en revanche la justice distributive gère la vie.
Paragraphe 4 : le vote
Le vote comme le...
tracking img