Claude

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1324 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Une redécouverte tardive[modifier]
Réplique de la Table claudienne exposée dans la cour du musée de l'imprimerie de Lyon.

Le sanctuaire est abandonné après la chute de l'Empire romain. Ce n'est qu'au XIIe siècle que la frénésie immobilière pousse les habitants à s'approvisionner en pierres de taille, briques, bronzes et marbres (utilisés pour la fabrication de la chaux) sur ce qui s'appellealors la « coste-Saint-Sébastien ». L'archéologue lyonnais Amable Audin explique que la plaque aurait pu alors être fendue en deux dans la moitié supérieure pour être emmenée à la fonte7. À ce jour, la densité du bâti à l'emplacement où la plaque a été découverte empêche toute fouille. C'est à cette période que l'emplacement est désigné par le toponyme Périer.

Ce n'est qu'en 1528 que RolandGribaux, marchand drapier, décide de bâtir une maison de campagne à l'emplacement d'une vigne, « la Vinagère », qu'il possède au Périer. Il la fait arracher, et minant le sol, il découvre les deux fragments de bronze de la plaque. Claude de Bellièvre, amateur d'art antique et collectionneur, est informé de cette découverte et fait acquérir la table par la ville pour cinquante-huit écus soleil (ou écusd'or). Il fait également promettre à Gribaux de l'informer s'il découvrait les autres fragments que celui-ci s'engage à réserver à la ville.

Placée dans la Maison de Ville alors située rue de la Fromagerie, la table est déplacée entre 1605 et 1657 à l'ancien Hôtel Commun, aujourd'hui musée de l'imprimerie, rue de la Poulaillerie. Entre 1657 et 1804, elle est affichée dans le nouvel Hôtel deville situé place des Terreaux. Pour le bimillénaire de la fondation de la cité, célébré en 1958, la table est présentée au musée des Beaux-Arts où elle avait été installée depuis le Premier Empire, avant de rejoindre le dépôt provisoire qui précède la construction du musée gallo-romain de Fourvière en 1974 où elle est désormais exposée8. Il est également possible d'en voir une copie moulée dans lacour d'honneur du musée de l'Imprimerie (Lyon).
Un monument épigraphique[modifier]
Poids et dimensions[modifier]

La table est une plaque de bronze pesant 222,5 kg, coulée à plat9, de 193 cm de large, de 139 cm de haut pour ce qui subsiste, épaisse de 8 mm. Le texte est gravé en deux colonnes, une sur chaque fragment, d’une quarantaine de lignes (39 lignes à gauche, 40 à droite, la premièreétant très mutilée). Il manque les premières lignes du titre et du début du texte, et le haut de la seconde colonne8. Les bords latéraux portent des échancrures, où se plaçaient des griffes de scellement.

La plaque mesurait à son origine environ 2,5 m de hauteur et devait comporter soixante-dix lignes environ10. On estime son poids total d’origine à 500 kg, et la notice du musée suppose que cetteplaque se serait brisée sous son propre poids lors de sa fixation initiale9.

La découpe horizontale forme une ligne continue en feston au sommet des deux fragments placés côté à côte, elle pourrait donc être intervenue avant la découpe verticale, qui est irrégulière et qui mord sur les caractères de la colonne gauche.
Typographie[modifier]
Détail du dernier paragraphe de la colonne de droite.Ligne 10 IN QVA SI SVIS HOC avec des points séparateurs.
Ligne 11 CVERVNT DIVOM IVL avec une lettre I montante dans DIVOM.

Les lettres mesurent 2 cm de hauteur11 à l’exception de certains « I », dont la barre de sommet dépasse de quelques millimètres, dans des mots brefs comme QVIS, FINES, VOBIS. Cette graphie dite "lettres montantes" n'est pas exceptionnelle, elle commence à se diffuserpour les inscriptions latines à partir du Ier siècle av. J.-C., et devient de plus en plus courante au fil des siècles12. Les lettres sont gravées au burin9 avec régularité, la marge droite de chaque colonne s’aligne à la verticale, avec un léger retrait à gauche pour marquer les débuts de paragraphe, tandis que la marge gauche est moins régulière, malgré des coupures de mots avec report à la...
tracking img