Clearstream

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3296 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
{draw:frame}
L'affaire Clearstream, c'est au départ plus de 230 personnalités qui sont accusées à tort d'avoir des comptes occultes dans une société de paiement luxembourgeoise, Clearstream. Parmi les personnalités accusées figure celle de Nicolas Sarkozy.
Dans cette affaire, on reproche à Dominique de Villepin d'avoir joué un rôle ambigu après avoir été mis au courant de l'existence de cesfichiers.
{draw:rect}

Cette affaire est complexe : qui a fait quoi ? Dans quel but ? Qui manipule qui ?
{draw:rect}
Une double affaire de manipulation
Deux individus vont fabriquer un faux listing de noms de personnalités qui posséderaient des comptes en banque à l'étranger, dans une société luxembourgeoise appelée Clearstream . Ces comptes bancaires auraient étéalimentés par de l'argent sale provenant d'affaires de corruption. En réalité, tout ceci n'est qu'un coup monté, l'objectif de ces faux listings étant de nuire aux personnes dont le nom apparaît dans la liste.
L'affaire politique débute en janvier 2004 lorsque celui qui a créé le faux listing contacte Dominique de Villepin, alors ministre des affaires étrangères, pour lui annoncer la présence du nomde Nicolas Sarkozy sur cette liste. Dominique de Villepin va alors avoir un rôle ambigu. Il va ordonner une enquête secrète pour vérifier l'authenticité de cette liste mais il va faire traîner l'affaire pendant plusieurs mois alors que très rapidement, la première enquête ordonnée par lui va montrer que tout est faux.
On soupçonne donc Dominique de Villepin et Jacques Chirac d'avoir voulunuire à Nicolas Sarkozy dans un contexte politique tendu puisque Nicolas Sarkozy était sur le point de s'emparer de l'UMP au mois de novembre 2004. Ces listings ont pour but de tuer politiquement Nicolas Sarkozy. On veut montrer qu'il aurait touché des pots de vin.
{draw:rect}
Etape 1 : L'enquête du général Rondot et de la DST
Au début de l'année 2004, Dominique de Villepin,ministre des affaires étrangères à l'époque, apprend que le nom de Nicolas Sarkozy figurerait sur un listing répertoriant des comptes bancaires occultes. Suite à ces informations, il décide de confier une enquête secrète à un militaire, le général Rondot . Ce dernier est un militaire en fin de carrière qui rêve d'un exploit, arrêter Ben Laden. C'est un grand spécialiste du terrorismeinternational dont le travail de renseignement a permis d'arrêter un grand nombre de terroristes. Il est choisi par Dominique de Villepin pour sa discrétion. Le but de la mission qui lui est confiée est de vérifier l'authenticité de ces comptes Clearstream . Dominique de Villepin fait comprendre à Rondot qu'il agit sous les ordres de Jacques Chirac. En janvier 2004, le militaire débute donc sonenquête secrète.
Très rapidement, le général Rondot découvre que tout est bidon. L'affaire aurait donc pu s'arrêter là. Mais entre temps, Dominique de Villepin, qui est devenu ministre de l'Intérieur, va lancer une deuxième enquête en demandant aux services secrets, à la DST, de s'occuper de cette affaire et de vérifier l'authenticité de ces comptes. Autrement dit, alors que Rondot lui adit que c'était une manipulation, Dominique de Villepin va ordonner une nouvelle enquête.
On reproche donc à Dominique de Villepin d'avoir voulu exploiter cette affaire contre un adversaire politique en laissant planer le doute et en lançant plusieurs enquêtes alors qu'il a su très tôt que tout était faux. L'ancien Premier ministre a toujours nié toute manipulation.
{draw:rect}Etape 2 : Ouverture d'une information judiciaire pour dénonciation calomnieuse
Les juges soupçonnent Dominique de Villepin d'avoir cherché à nuire à Nicolas Sarkozy. La base de cette enquête repose sur des faits de dénonciation calomnieuse. Mais, pour la justice, si la personne accusée ne savait pas au moment des faits que les informations étaient fausses, il n'y a pas de dénonciations...
tracking img