Clivage europhiles-eurosceptiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1558 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La dimension européenne des candidats

Puisque l’étude de cet atelier porte sur «les évolutions de notre système de valeurs», il paraît pertinent de s’attarder sur la possibilité d’un balayage progressif du clivage gauche/droite par le clivage europhiles/eurosceptiques à l’approche des prochaines présidentielles. Le protectionnisme transcende les partis

En effet, la crise que traversel’Europe a fait émerger deux notions qui, du fait du climat anxiogène voire de panique, prennent davantage de consistance dans l’opinion publique : le protectionnisme et le souverainisme. Une enquête révélée par l’économiste et historien Emmanuel Todd indiquait que 53% des sondés étaient favorables au protectionnisme ; d’ailleurs, les plus fervents supporters du concept étaient les 18 - 24 ans avec67% pour contre 19%1 (qui voteront, pour certains d’entre eux, pour la première fois en 2012 !). Quant au souverainisme, il suffit de regarder les sondages qui voient les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen osciller entre 16 et 22%. Avec cette crise, les eurosceptiques semblent avoir le vent en poupe car tous ce qu’ils ont prédit se réalisent (chômage, accroissement de la dette, perte desacquis sociaux...) et leurs indignations sont similaires à celles ressenties par le peuple si l’on se fie aux sondages (voir le constat en fin de papier). Ce qui fait penser que le clivage gauche/droite tend à disparaître, c’est cette «surprise Montebourg» lors des primaires socialistes. Voilà un candidat qui, dans un parti ayant entériné depuis 30 ans le libre-échange comme modèle, dit fermementqu’il s’y oppose et propose une démondialisation2 , passant notamment par un dialogue «amicale mais ferme» avec l’Allemagne3. Nous sommes loin de l’entente actuelle entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel. Pour le moment, le député de Saône-et-Loire soutient le candidat socialiste, espérant sans doute, si son parti arrive au pouvoir, être en mesure d’incliner l’action gouvernementale. Mais en casd’échec de François Hollande, il est très probable qu’une scission s’opère et que Montebourg rejoigne une gauche anti-libérale et se rapproche de Jean-Luc Mélenchon, autre noniste et ancien du PS, qui l’avait félicité pour cette percée. Plusieurs intellectuels qui se sont toujours dits de gauche suivent par ailleurs cette ligne : Emmanuel Todd, Jacques Sapir ou encore Michel Onfray.

Pourquoil’alternative jadis proposée par François Bayrou était en réalité peu pertinente. ? Dans un premier temps parce que le président du MoDem proposait de transcender un clivage, alors que Nicolas Sarkozy lui-même proposait l’ouverture. Mais surtout parce qu’il proposait la même politique que l’UMP et le PS en votant «oui» au traité de Lisbonne4 . La ferveur autour du candidat était davantage portée par un votesanction à l’égard des deux partis majoritaires qu’à un réel
1

Après la démocratie, Emmanuel Todd, Gallimard, 2008

2

«Ceux qui nous gouvernent continuent à croire au libre-échange. C’est l’affaire des dominants d’une génération née avec la croissance et qui va mourir avec un niveau de vie confortable, léguant à d’autres la crise», Votez pour la démondialisation, Arnaud Montebourg,Flammarion, 2011.
3

«L’Allemagne est devenue la «Chine de l’Europe», celle qui exporte à tout prix, tire les salaires vers le bas et vit des déficits des autres. Le modèle allemand, c’est un gagnant et vingt-six perdants».
4

Il est peut-être intéressant de se référer à cette phrase, prononcée par Dominique Strauss-Kahn, en 1993 pour le wall street journal, alors qu’on lui demandait ce quiarriverait en cas de victoire de la droite : ««Rien. Leur politique économique ne sera pas très différente de la nôtre».

changement. En revanche, le vote pour Mélenchon, Montebourg, Le Pen et Dupont-Aignan sont des votes d’adhésion en faveur d’un système proposé diamétralement opposé au système actuel (avec le retour de la proportionnelle chez Marine Le Pen) : Arnaud Montebourg est le...
tracking img