Cmm capability maturity model

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7183 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CMM
(Capability Maturity Model) Christophe GOILOT 19 Décembre 2004

Conservatoire National des Arts et Métiers Centre Enseignement Principal de Tours 6 Av. Sévigné – 37200 Tours

Table des matières
INTRODUCTION INTRODUCTION AU MODELE CMM ORIGINE ET HISTORIQUE VUE D’ENSEMBLE DU MODELE CMM STRUCTURE DU MODELE CMM PRINCIPE ORGANISATION DU CMM DEFINITION DES COMPOSANTS DU CMM LES CINQ NIVEAUXDE MATURITE DEFINITION COMPORTEMENTALE DES NIVEAUX DE MATURITE SECTEURS CLES DU CMM LES CARACTERISTIQUES COMMUNES PRATIQUES CLES COMPLEMENT AU CMM EVOLUTION DU CMM, LE CMMI LE MODELE SPICE OU ISO 15504 CONCLUSION FIGURES GLOSSAIRE BIBLIOGRAPHIE DOCUMENTS PAPIER DOCUMENTS ELECTRONIQUES 3 4 4 5 5 5 6 7 8 10 13 20 21 24 24 26 27 28 29 30 30 30

Christophe GOILOT

CMM (Capability Maturity Model)2

Introduction
Pour de nombreuses entreprises, le développement d'un logiciel fiable et utilisable livré en temps voulu et conformément au budget fixé constitue un défi difficile à relever. Les produits livrés en retard, qui ne respectent pas le budget établi ou, encore, qui ne fonctionnent pas comme prévu sont une source de difficultés pour les clients de ces organisations. L'augmentationde la taille et de l'importance des projets logiciel amplifie ces problèmes. Pour les surmonter, il faut déployer un effort soutenu et ciblé pour mettre en place une infrastructure de processus reposant sur des pratiques efficaces de gestion et d'ingénierie logiciel. Le modèle CMM est une méthodologie qui s’adresse à toutes les entreprises désireuses d’accroître leur compétitivité, en améliorantun ou plusieurs processus dans le développement et la mise en œuvre de leurs produit logiciels. De plus en plus d’appels d’offres internationaux y font référence, au même titre que les normes ISO.

Christophe GOILOT

CMM (Capability Maturity Model)

3

Introduction au modèle CMM

Le Modèle d'évolution des capacités logiciels (CMM) décrit les éléments clés d’un processus logicielefficace. Le CMM décrit les améliorations évolutives d’un processus improvisé et immature vers un processus mature, discipliné. Le CMM contient des pratiques de planification, d'ingénierie et de gestion du développement et de la maintenance logiciel. Lorsqu'elles sont appliquées, ces pratiques clés améliorent la capacité de l'organisation à atteindre ses objectifs de coût, de délais, de fonctionnalité etde qualité des produits. Le CMM permet d'établir une mesure étalon par rapport à laquelle il est possible de jauger, de façon reproductible, la maturité du processus logiciel d'une organisation. Le CMM peut également être utilisé par l'organisation pour planifier les améliorations de son processus logiciel. Un processus logiciel est un moyen par lequel des personnes, procédures, méthodes,équipements et des outils sont intégrés pour produire un bien livrable défini. Le SEI (Software Engineering Institute) se refuse à faire du CMM une norme car il insiste sur la nécessité pour chaque organisation, d’interpréter les pratiques qu’ils contient en tenant compte du contexte particulier à chaque organisation.

Origine et historique
En novembre 1986, le Software Engineering Institute (SEI) enparticulier Watt Humphrey, en collaboration avec la Mitre Corporation, a entrepris le développement d'un cadre d'évolution des processus logiciel visant à aider les organisations à améliorer leur processus logiciel. Ces travaux ont été entrepris lorsque le gouvernement fédéral a demandé qu'on lui fournisse une méthode d'évaluation des capacités des maîtres d'oeuvre pour les travaux logiciel. Enseptembre 1987, le SEI a publié une description succincte d'un cadre d'évolution du processus logiciel ainsi qu'un questionnaire sur la maturité. Avec ce questionnaire, le SEI visait à fournir un outil simple permettant d'identifier, dans une organisation, les secteurs du processus logiciel devant être améliorés. Malheureusement, ce questionnaire a trop souvent été considéré comme «le modèle»...
tracking img