Coca

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1999 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Elle pousse à l'état sauvage dans la cordillère des Andes à des altitudes variant de 300 à 2 000 m. Erythroxylum coca Lam. et Erythroxylum novogranatense (Morris) Hieron affectionnent particulièrement les sols acides et, comme toutes les espèces du genre Erythroxylum, elles sont hétérostyles. Elle apprécie les climats humides d'une température moyenne de 20°C.
Propriétéspharmacologiques[modifier]
La feuille est la seule à contenir des alcaloïdes. Elle contient en tout 14 principes actifs aux propriétés pharmaceutiques intéressantes. Ces enzymes, polysaccharides et alcaloïdes représentent de 0,2 % à 1,3 %[1] de la composition de la feuille de coca. Parmi ses principes actifs on peut énumérer :
* la papaïne, enzyme qui aide à la digestion en l'accélérant, propriétés cicatrisantespour la peau,
* la higrine qui a des vertus sur la circulation sanguine, et protège du mal des montagnes,
* la quinoléine qui évite la formation de caries dentaires lorsqu'elle est mélangée avec du calcium et du phosphore,
* l'atropine qui possède un effet déshydratant au niveau des voies respiratoires,
* la benzoïne qui a un effet cicatrisant sur la peau, propriétésantifermentation,
* la pectine qui est un absorbant au niveau intestinal, est aussi efficace comme antidiarrhée,
* la globuline qui est une protéine cardiotonique, qui optimise le travail du cœur, évitant la tachycardie et l'hypotension, qui constituent la réponse physiologique immédiate à une haute altitude supérieure à 3 000 m, c'est aussi un remède efficace et indispensable pour le traitement dela maladie des hautes altitudes (également appelé le mal aigu des montagnes),
* la pyridine qui stimule la circulation sanguine, facilitant l'oxygénation - particulièrement du cerveau - réduit par l'écoulement plus lent du sang, à cause de la polyglobulie, qui est la réponse physiologique immédiate aux hautes altitudes,
* la réserpine qui réduit la haute pression sanguine,
* lacocamine qui possède des effets anesthésiques,
* la coniine qui est un anesthésique local puissant,
* l'ecgonine qui agit au niveau du métabolisme des glucides, générant de l'énergie, il est un complément aux diètes.
* l'inuline rafraîchit et améliore le fonctionnement du foie, la sécrétion de la bile et son accumulation dans la vésicule ; diurétique, aide à l'élimination des substancesnocives et toxiques non physiologiques. C’est un polysaccharide qui produit une augmentation des cellules sanguines.
Usages[modifier]
C'est un fondement culturel pour l'Amérique latine - notamment les hauts plateaux andins - où son usage remonte à près de 5 000 ans[2]. Du fait de ses différentes vertus, c'est une plante sacrée pour certains peuples amérindiens. Pour ces derniers, Mama Coca estla fille de Pachamama. Elle est ainsi utilisée traditionnellement de la Colombie jusqu'au Chili aussi bien pour ses vertus stimulantes que dans le cadre de cérémonies religieuses, elle aurait même servi de taxe d'imposition[3].
Dans l'Empire inca, la coca issue de l'actuel Pérou (tupa coca) servait aux cérémonies religieuses et aux dignitaires alors que la coca issue de l'actuelle Bolivie (mumacoca) servait aux fonctionnaires voire au peuple[3].
Son usage est signalé par les conquérants espagnols dès le XVIe siècle qui en condamnent d'abord l'usage la qualifiant de « satanique » avant de l'encourager en constatant l'efficacité en termes de rentabilité sur les travailleurs[3]. C'est Monardés de Séville, un naturaliste espagnol qui en ramène les premières feuilles en Europe en 1580 mêmesi la plante ne sera vraiment connue sur le plan scientifique qu'au XVIIIe siècle[3].
Les modes de consommation traditionnels de la coca en Amérique du Sud sont :
* la mastication de la feuille de coca, qui provoque une stimulation légère ;
* l'absorption de tisane de feuille de coca, aux effets également limités.
La mastication peut aussi consister en une chique (llipta) d'une pâte...
tracking img