Coco comentaire de texte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (499 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le lendemain matin , à l'aube , Zidore plus furieux que chaque matin , alla voir Coco , comme tous les matins. Il alla se promener avec l'animal , il le roua de coups. Zidore n'était pas à son aiseavec Coco . Il en avait assez que les hommes de la ferme se moquent de lui , il ne tolérait point leurs attitudes, mais qu'est-ce qui pouvait faire ?
Renoncer de nourrir Coco , renoncer des'occuper de lui , il ne savait pas quoi faire. Alors , il vu que la solution la plus simple et la plus discrète était de faire disparaître Coco ou même le tuer. Le laisser mourir petit à petit. Zidores'entraînait sur la bête, il reportait toute la haine qu'il avait non seulement sur Coco mais il ressentait de la haine vis-à-vis des hommes de la ferme qui se moquai de lui. Il lui jeta des objetslourds qui lui faisait très mal. On peut dire que Coco souffrait en silence et ainsi de suite. Personne ne remarqua que Coco était battu et il pensa qu'il ne pourrait pas battre tous les jours Coco sanscomplice.
Il lui fallait un autre goujat comme Zidore, un enfant sans pitié, qui ressens les même sentiment que Zidore, de la haine et de la colère. Plus tard dans la journée, il aperçut un garçonde son âge, il vit au loin qu'on se moquait de lui . C'était les mêmes hommes de la ferme qui se moquait de Zidore.
Il alla lui parler et pendant toute la journée , ils se racontèrent toutesles misères qu'ils subissent en travaillant en tant que valets dans la ferme. Le garçon sale et roux comme Zidore s'appelait Stéphane. Il travaillait dans la ferme des Lucas depuis pas très longtemps.Alors Zidore raconta à Stéphane que l'animal nommé Coco lui gâchait la vie, il pensait qu'il ne servait à rien dans la ferme. Il expliqua a Stéphane que si il voulait libérer sa haine, ill'aiderai à tuer Coco. Zidore manipulait Stéphane. Tous les matins ils allèrent torturer Coco s'en que personne ne s'en aperçoivent.
Les hommes dans la ferme criaient par plaisanterie :
>...
tracking img