Cocteau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4240 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1
Jean Cocteau, La Machine infernale, lecture expliquée,
par Georgette Wachtel
La Machine infernale, acte IV,
depuis la didascalie : « OEdipe aveugle apparaît. Antigone s’accroche à sa robe. » jusqu’à
la fin.
Objectifs :
– Familiarisation avec le mythe antique; retour à OEdipe-Roi de Sophocle ;
– Fonction du dernier acte de la tragédie ; modernité de la tonalité tragique ;
–Modernisation du mythe : interprétation originale, selon une thématique propre à
Cocteau.
Présentation de la pièce et du passage à expliquer
Jean Cocteau a été le premier dramaturge français à reprendre au XXème siècle le mythe
antique en commençant par Antigone en 1922, au lendemain de la première guerre mondiale,
fidèle en cela à la tradition qui, d’après Simone Fraysse dans son ouvrage, Le mythed’Antigone, voit « surgir l’éloge [du personnage] chaque fois qu’un conflit grave met la
nation en danger. »
Le passage à étudier est extrait de La Machine infernale, dont le héros est OEdipe depuis
son ascension fulgurante jusqu’à son écrasement final, broyé par la machine implacable du
destin. Le première représentation de la pièce, écrite en 1932, eut lieu à la Comédie des
Champs-Élysées,dirigée par Louis Jouvet.
Nous étudierons d’abord la fonction du passage dans la structure de l’oeuvre, puis sa
tonalité, enfin le sens que donne J. Cocteau à ce vieux mythe magnifiquement illustré par
Sophocle au Vème siècle avant J.-C.
I Fonction du passage : C’est la dernière scène, c’est-à-dire l’épilogue qui dénoue la crise
et rétablit l’ordre.
1. Justification du titre de la tragédie : LaMachine infernale
Le spectateur a été mis devant un emballement irrésistible du destin, rendu sensible
par le traitement du temps.
Les trois premiers actes se déroulent en vingt-quatre heures, respectant la règle classique
de l’unité de temps, tandis qu’au dernier acte le rideau se lève, découvrant un « OEdipe
vieilli », à la barbe grise, « dix-sept ans après les faux bonheurs », selon lavolonté des dieux,
qui « ont voulu, pour le fonctionnement de leur machine infernale, que toutes les malchances
surgissent sous le déguisement de la chance » (la Voix, celle de Jean Cocteau) ; cet acte
s’intitule OEdipe-Roi, référence évidente à la pièce de Sophocle. On peut même considérer que
le passage à étudier correspond au cinquième acte d’une tragédie classique et que la
suppression de lapause contribue à accélérer le rythme de la marche inexorable du destin :
après dix-sept ans de bonheur fallacieux, soudain peste, révélation de l’identité du roi, de son
inceste, suicide de Jocaste, mutilation d’OEdipe sous les yeux d’Antigone. Tous ces
événements, qui constituent la trame d’OEdipe-Roi de Sophocle, surviennent en quelques
pages, dont la brièveté contraste avec la longueur destrois actes précédents : le premier acte

2
comporte quarante-trois pages, le deuxième, cinquante-deux, le troisième, quarante-quatre
dans l’édition du Livre de poche (1962).
2. Le dénouement
Après cette accélération du mouvement, le rythme se ralentit. Le déroulement de La
Machine infernale est arrivé à son terme. Une didascalie mentionne l’apparition d’OEdipe
aveugle accompagné d’Antigonequi s’accroche à sa robe. C’est l’acte de la déchéance, de
celui qui fut roi et qui, par une ironie tragique, lui donne son nom.
Créon devient régent et prend son rôle très au sérieux. Toutes ses répliques sont émaillées
de termes jussifs et de futurs autoritaires : « Il est impossible qu’on laisse... » ; « Je vais
donner des ordres... » ; « Je n’autoriserai pas cette petite... » ; « Je ne telaisserai pas [...] sortir
en liberté. » ; « J’ai le devoir... ». L’interpellation d’Antigone : « Antigone ! Antigone ! Je
t’appelle », comme la graphie, détachant les syllabes « C’est im-pos-sible » font entendre le
ton impératif du personnage, imbu de son nouveau pouvoir, — ce que dénote également la
récurrence de l’indice personnel « je ».
À l’opposé Tirésias, malmené tout au long de...
tracking img