Code noir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2350 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Histoire de la Traite Négrière Transatlantique

Commentaire de texte
LE CODE NOIR

Tessier Félix
L2 Ethnologie-Histoire
Introducion
Ces 27 articles extraits du Code noir, ont été élaborés par Jean Baptiste Colbert, contrôleur général des finances du royaume de France sous Louis XIV, peu avant sa mort en 1783, et promulgués en 1785 par le roi.
Commandé par le monarque lui-même, ce textede lois, visant à institutionnaliser le statut civil et pénal de l’esclave et à les protéger des abus excessifs et contre-productifs de leurs maîtres , est rédigé sur la base de mémoires demandés par Colbert aux intendants des iles Françaises sur les pratiques juridiques et coutumières touchant aux esclaves dans ces régions, surement dans un désir de cohérence et de non bouleversement d’avec cequi était alors d’usage en ces lieux.
Ce Code sera appliqué seulement dans les îles françaises des Antilles, de Guyane et du Bourbon, la pratique de l’esclavage étant interdite sur le domaine royal français ainsi que dans ses colonies continentales d’Amérique du Nord ; malgré le fait que ces îles aient été rachetées en 1674 à la Compagnie des Indes Occidentales par Louis XIV pour être intégrées àce domaine, mais répondant au pragmatisme économique de l’époque, la métropole étant obligée, dans un contexte de capitalisme économique naissant, de faire importer des produits à « forte valeur ajoutable » de ses colonies afin d’assoir sa suprématie économique et militaire sur le vieux monde.
L’esclavage, s’il apparait donc comme une nécessité sur le plan économique, n’en est pas moins uneactivité nouvelle au début du XVIIème siècle pour les planteurs français qui s’inspirent de ce que les Portugais et Espagnols ont produit comme cadre a cette pratique depuis un siècle, ce qui a comme conséquence une multiplicité des méthodes particulières et une forte complexité dans l’encadrement institutionnel de ces statuts et pratiques coercitives aussi diverses que variées, cette diversitédevenant vite ingérable.
En effet, à la fin du XVIIème siècle, le commerce d’esclaves subit une transformation au niveau quantitatif, apparaissant dès lors comme une pratique de masse systématisée d’une lourdeur quasi industrielle, principalement dans un désir, pour les autorités françaises en tout cas, d’accroitre la quantité d’esclaves importés dans les colonies afin d’augmenter le rendement desplantations et de faire face à l’évolution démographique négative des esclaves, surtout due a leur mauvaise condition. L’Etat va jusqu’à subventionner et encourager la massification par des primes au tonnage des navires et au nombre d’esclaves importés.
Cette augmentation du nombre d’esclaves allant de paire avec la diversification des statuts personnels, surtout pour les métis et la précarisation deleur condition, principalement pour les bossales, nouveaux arrivés venus d’Afrique ; devient vite intenable et nécessite un encadrement législatif stricte, permettant de résoudre ces problèmes de statuts et aussi de productivité due aux mauvais traitements.
Les articles extraits du texte rendent compte ici de la volonté d’imposer un statut civil et pénal stricte a l’esclave, et des mesuresprises afin d’assurer leur protection, souvent en établissant une responsabilité des maîtres sur eux, l’interrogation portant sur la réalité voulue par cette juridiction, celle-ci étant de nature « humaniste », ou relevant simplement d’une logique de rationalisation économique?
I Civile
Les expéditions négrières sont, au XVIème et début de XVIIème siècle, peut efficaces : faibles en capacité detransport et pas encore spécialisées dans la Traite, l’esclave était transporté au même titre et parmi tout un matériel qui servira a approvisionner la colonie en produits manufacturés de la métropole . Les voyages sont longs, couteux, et peut rentables.
Au XVIIème siècle, en parallèle aux guères et stratégies politique couteuses survient donc la nécessité pour les Etats, principaux bénéficiaires...
tracking img