Colle - charles maurras

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1788 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Maurras, homme à la personnalité complexe, marqua de son empreinte la société française sous la IIIème République au point que Paulhan avouait en 1932 qu’un jeune homme désireux de s’engager politiquement n’a de véritable choix qu’entre Marx et Maurras. Né en 1868 dans une famille catholique, le jeune provençal se lance dans le journalisme en même temps qu’il perd sa foi. Se forgeant sa propreopinion au côté de grands noms tel Anatole France, il est marqué par les pensées de Comte, Bonald ou de Maistre. Partisan d’un nationalisme intégral, d’une monarchie absolue, d’un antisémitisme d’Etat, d’un catholicisme omnipotent, Maurras n’en est pas moins un agnostique cédant parfois aux tentations de la chair qui consacre la majorité de sa vie aux Lettres. Preuve en est son élection à l’AcadémieFrançaise en 1938 ou les honneurs que lui rendirent de nombreux écrivains au nombre desquels Gide, Valéry… Homme aux multiples visages, sa vie n’en est pas moins complexe. Ainsi sommes –nous en mesure de nous demander quels furent les points marquants de celle-ci ainsi que quelles furent leurs empreintes dans la société ? Afin de répondre à la problématique posée, nous étudierons tout d’abordl’aspect nationaliste et antisémite de sa vie afin d’étudier ensuite son engagement traditionnaliste au cœur de l’Action Française avant de conclure sur son influence culturelle et intellectuelle.

I. Nationalisme et antisémitisme : Maurras contre les « quatre états confédérés »
1. Le nationalisme intégral Selon Maurras quatre puissances s’attaquent depuis longtemps à la grandeur française : lesprotestants, car il juge la Réforme matrice de la Révolution, drame de la France à ses yeux, les Juifs qui incarne la modernité du XIXème siècle et ont « infiltré » tous les ministères, les Métèques puisque selon lui la France ne serait plus la France sans être une terre exclusivement française et les Francs-Maçons qui ont insufflé l’idée de progrès dans la société et qui incarnent une certaineforme de contestation à l’encontre d’un pouvoir autoritaire qu’adule Maurras. Dans ce sens il est partisan d’un nationalisme intégral qui consisterait à chasser ces quatre forces, agents de l’étranger internes, afin que la France retrouve son prestige d’antan. Mais sa conception du nationalisme ne s’arrête pas là. En effet alors que le nationalisme traditionnel se définit par un vif et virulentattachement à la nation, celui de Maurras se caractérise par une vision organistique de la société dont tous les éléments seraient interdépendants. Ainsi éloigné de l’individualisme libéral, les intérêts de la nation doivent selon lui primés sur les intérêts individuels. On peut aussi adjectiver son nationalisme d’exclusif ou de repli puisque celui-ci préfère purger les hypothétiques ennemis del’intérieur plutôt que de s’attaquer à ceux de l’extérieur.
2. L’affaire Dreyfus
En 1894 le Capitaine Alfred Dreyfus est condamné pour « intelligence avec l’ennemi » à la déportation perpétuelle et à la dégradation militaire. Cependant en 1896 l’affaire refait surface avec la découverte par le Lieutenant-Colonel Picquart de nouveaux éléments innocentant Dreyfus. Suite à cette découverte deux camps seconstituent alors entre dreyfusards, dont les chefs de file sont Zola, Clémenceau… qui prétendent que Dreyfus est innocent et qu’il doit être réhabilité afin que justice soit rendue, et antidreyfusards où se regroupent des nationalistes, des militaristes… et dont Charles Maurras prend la tête. Selon eux même si Dreyfus venait à être innocenté, le procès ne devrait pas être revu puisque l’armée et lanation sont des entités telles que l’individu doit s’y fondre en renonçant à ses intérêts personnels et en agissant de telle sorte à ce que celles-ci ne soit jamais mises en danger. Alors que peu de monde est antisémite dans le camp des antidreyfusards, Charles Maurras l’est. Il instrumentalise alors l’affaire pour dénoncer la population juive de France (qu’il confond avec les israélites)...
tracking img