Colonel chabert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9593 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
www.comptoirlitteraire.com

André Durand présente

‘’Le colonel Chabert’’
(1832)

nouvelle de BALZAC

(80 pages)

pour laquelle on trouve un résumé

puis successivement l’examen de :

l’intérêt de l’action (page 2)

l’intérêt littéraire (page 4)

l’intérêt documentaire (page 5 )l’intérêt psychologique (page 8)

l’intérêt philosophique (page 11)

l’intérêt de la réalisation (page 12)

Bonne lecture !

Résumé

En 1819, à son retour en France, le colonel Chabert, homme simple et loyal, qui, blessé en participant, au cours de la bataille d'Eylau en 1807, à la charge monumentale donnée par Joachim Muratqui força l’ennemi à la retraite, fut déclaré mort mais était resté vivant sous une montagne de cadavres, cherche en vain à recouvrer son identité, ses biens, son rang, et peut-être sa femme. On apprend que Hyacinthe Chabert, enfant trouvé, a gagné ses galons de colonel dans la Garde impériale en participant à l’expédition d’Égypte de Napoléon Ier, a épousé Rose Chapotel, une modeste roturièrequ’il a installée dans un luxueux hôtel particulier et, après sa mésaventure, avait réussi à faire reconnaître son identité de l’autre côté du Rhin avant, après de longs détours, pouvoir revenir à Paris pour découvrir que Rose Chapotel, remariée au comte Ferraud, un homme avide de pouvoir dont elle a deux enfants, a liquidé tous les biens du colonel en minimisant sa succession. Malgré le caractèreinvraisemblable de l’affaire, Maître Derville accepte de s’occuper de l’affaire colonel Chabert. Après maintes démarches, il conseille au colonel Chabert de ne pas saisir la justice et d’accepter une transaction. Le vieil homme est à deux doigts d’accepter lorsque une machination grossière de Rose Chapotel, qui a tenté de séduire son ex-mari par des câlineries, met en lumière la noirceur de sesintentions. Malgré le soutien de Maitre Derville, Chabert alors renonce à toute transaction déshonorante et disparaît pour se réfugier à l’hospice où il devient l’anonyme numéro 164, septième salle. Rencontrant, quelques années après, l’homme rendu méconnaissable par la misère, Derville s’écrie : «Quelle destinée. Sorti de l’hospice des enfants trouvés, il revient mourir à l’hospice de la vieillesse,après avoir, dans l’intervalle, aidé Napoléon à conquérir l’Égypte et l’Europe.»

Analyse

(la pagination est celle du Livre de poche)

Intérêt de l'action

Avec un personnage qui prononce cette phrase impossible : «Je suis celui qui est mort», ‘’Le colonel Chabert’’ est une histoire de résurrection (on y retrouve le vieil archétype du Christ réapparaissant à ses disciples après sa mort),une résurrection toute en douleur, une histoire de héros revenant longtemps après la fin de la guerre (comme Ulysse ou Agamemnon), une histoire de revenant d'entre les morts, de messager des ténèbres, d'homme qui a été victime d'un crime et qui dit : «Je suis là, je veux me venger, même en faisant appel à la loi, pour rentrer en possession de mon nom, de mon rang, de ma fortune et de ma femme».Cet homme mène le combat de sa vie, dans lequel il perdra car, s'il a pu se déterrer, sortir de son trou, quitter les morts, se recoudre le crâne, marcher pendant des années, il aura bien plus de mal à s'authentifier, sa parole n'offrant aucune garantie, et surtout à résister à sa femme et à une société dans laquelle, nécessairement, il introduit le désordre. Et sa femme est en quelque sorte unevictime innocente elle aussi car elle s'est remariée en toute bonne foi (un autre titre donné à la nouvelle est ‘’La comtesse à deux maris’’), croyant son mari mort, et elle a des enfants (son argument suprême est : il ne s'agit pas de moi, mais de mes enfants).
Cette histoire de revenant, cette scène parisienne, cette histoire militaire et politique où il y a un affrontement public entre le...
tracking img