Colonisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6190 mots )
  • Téléchargement(s) : 1
  • Publié le : 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La colonisation française : un passé qui ne passe pas ?

Banlieues : la provocation coloniale - Philippe Bernard , Le Monde , 19.11.05

Il faudra bien finir par en prendre acte : les jeunes des quartiers populaires, même ceux qui sont assez désoeuvrés, désespérés ou stupides pour brûler les voitures de leurs voisins, ne sont pas des indigènes égarés en métropole que l'on soumet à la badine(ou au Kärcher), voire que l'on expulse au besoin vers leur douar d'origine. (…)
Cynisme ou retour du refoulé, le recours par le premier ministre à « la loi de 1955 » sur l'état d'urgence, apparaît, au-delà du débat sur son efficacité pour ramener l'ordre, comme une provocation dont les effets psychologiques et politiques sur les millions de Français issus d'Afrique noire, du Maghreb, etsingulièrement d'Algérie, n'ont pas fini de se faire sentir.
Comment M. de Villepin peut-il ignorer que la mémoire de la guerre d'Algérie, mal ou pas transmise dans les familles issues de l'immigration, reste une plaie à vif ? (...) Brandir la loi qui, au début de la guerre d'Algérie, a légalisé la chasse au faciès et la prise en main du maintien de l'ordre et de la justice par l'armée, c'est souligner leparallélisme entre les souvenirs cuisants des répressions policières des années 1950-1960 contre les nationalistes algériens et les images des cités où vivent leurs enfants et petits-enfants. C'est renvoyer ces jeunes nés en France à une extranéité incompréhensible, révoltante.
« Racaille », « état d'urgence », en deux mots, l'exécutif a donné raison à ceux qui tentent de persuader les jeunesissus de l'immigration qu'ils ne sont rien d'autres que des « indigènes de la République », traités dans leur propre pays comme l'étaient leurs parents du temps des colonies. (…)
Tant que les politiques, de gauche comme de droite, peineront à considérer les enfants d'immigrés comme des Français à 100 % quelle que soit la couleur de leur peau, tant qu'un discours de vérité sur le colonialisme ne sesera pas substitué au « rôle positif de la présence française » scellé par la loi de février 2005, les jeunes des quartiers populaires, continueront de sentir combien le poids de cette histoire imprègne encore les regards portés sur eux.

LOI n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés
L'Assemblée nationale et leSénat ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :
Article 1 - La Nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l'oeuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d'Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française.
Ellereconnaît les souffrances éprouvées et les sacrifices endurés par les rapatriés, les anciens membres des formations supplétives et assimilés [les « harkis », ayant combattu dans l’armée française lors de la guerre d’Algérie], les disparus et les victimes civiles et militaires des événements liés au processus d'indépendance de ces anciens départements et territoires et leur rend, ainsi qu'à leurs familles,solennellement hommage. (...)
Article 4 - Les programmes de recherche universitaire accordent à l'histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu'elle mérite.
Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l'histoire et aux sacrifices des combattants del'armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit.

2006- Le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) et le MRAP ont réclamé, mardi 5 septembre (, "le retrait pur et simple" de l'édition 2007 du Petit Robert. A l'entrée "colonisation", on peut lire "mise en valeur, exploitation de pays devenus colonies", une définition jugée partiale...
tracking img