Com texte brecht

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3768 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Références de cet article
Animateur(s)/auteur(s) du sujet : Alain Battegay
Rédacteurs(s) du texte: Aurélie Delage
Numéro du document: 597
Date de publication: 9 mars 2005
Nombre de visites: 11865
URL pour citer cet article: http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=597
| |
|Le Tango de la rue, 9 mars 2005|
|La Place du Pont et l’immigration à Lyon, entre visibilité publique et pratiques urbaines |
|Les Cafés géo de Lyon se regardent une nouvelle fois le nombril, ce qui ne signifie pas que l’exotisme ne sera |
|pas au rendez-vous, puisque le quartier présenté prend des allures méditerranéennes... |
||
| |
|Alain BATTEGAY (Maison de l’Orient et de la Méditerranée) est sociologue et chercheur au CNRS, rattaché au |
|Groupe Recherche et Civilisation. Cherchant à éviter le morcellement des différents secteurs dessciences |
|sociales, il prône les regards transversaux et étudie la construction des liens sociaux ainsi que leur marquage|
|sur la ville. |
|La France est depuis la moitié du XIXème siècle une « terre d’accueil » et d’immigration durable, ce qui pose |
|le problème de l’installation de cespopulations d’origines diverses, en majorité dans les quartiers centraux |
|pauvres ou les banlieues. Cette population a été stigmatisée depuis les années 1980 (avec le contre-choc |
|pétrolier), et de nouveau après le 11 septembre qui a mis au jour l’existence de réseaux au cœur de ces espaces|
|marginalisés (que l’on pense à Vénissieux, Vaulx-en-Velin). Se pose aussi la question de lareconnaissance de |
|ces personnes : un Centre National de l’Immigration devrait voir le jour en 2007. |
|Etudier la place du Pont, dans le quartier de la Guillotière, sur la rive gauche du Rhône, de l’autre côté de |
|la place Bellecour, nécessite donc de prendre en compte cet héritage dont parle Azouz Begag, ce « gône du |
|Chaaba ». Ce quartier fut un foyer depeuplement immigré : des Grecs, des Italiens, des Arméniens, des |
|Maghrébins, des Chinois, et récemment des ressortissants des pays de l’Est. |
|Outre la question de la cohabitation et de la mixité sociale, on peut poser celle de la construction d’une |
|nouvelle répartition en mosaïque de la population.|
|Alain Battegay précise qu’il y a plusieurs manières de voir le place du Pont : sa méthode consistera à partir |
|d’une vision « d’en haut » pour progressivement aller au-dedans de ce quartier. Il reprend donc le principe |
|d’emboîtement des échelles, cher aux géographes... |
|« D’en haut » : un tout petitmorceau de ville. |
|A l’échelle de l’histoire urbaine, ce quartier se met en place au Moyen-Age : il s’agit du faubourg de la |
|Guillotière, dominé par les figures de la Porte et du Pont. C’est le faubourg d’accès à la ville de Lyon, grâce|
|à l’un des rares ponts qui, à l’époque, traverse le Rhône jusqu’à Avignon. Ce pont,abritant habitations et |
|logements, permet aux populations venant de l’est d’arriver dans la ville. |
|Au cours du XIXème siècle, on assiste à la formation de faubourgs industriels. La Guillotière est rattachée à |
|la commune de Lyon en 1852. Alors que toute la rive gauche se caractérise par une importante haussmannisation |
|(Préfecture, grands Cours),...
tracking img