Combat des lumières pour l'égalité des citoyens

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (726 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Né au XVIIIème siècle, le mouvement des Lumières fait apparaitre les philosophes des Lumières qui sont les défenseurs de la liberté de penser, de la science, et de la tolérance en France religieuse.Leur idéal est le bonheur dans une société prospère et juste. Mais ce mouvement des Lumière combat-il pour l'éagalité entre tous les ciyens ? S'il lutte pour cette égalité ce n'est sûrement pas sansrisque.

C'est dans cette idée d'égalité que les philosophes des Lumières vont combattre pour "éclairer" les citoyens.
Tout 'abord, pendant les siècle des Lumières, un bon nombre de philosophesdiffusent une seule et même idée, celle de l'égalité. La communication de ce message se fait par l'intermédiaire de différents modes d'argumentation. Le chevalier de Jaucourt par exemple, délibère sur lesujet d'égalité naturelle. Il propose au lecteur nouveau point du vue, l'invitant à la réflexion, car "puisque la nature humaine se trouve être la même dans tout les hommes" alors il n'y e pas un quisoit au-dessus des autres. De plus à travers Les Chaînes de L'esclavages, Jean-Paul Marat essaye de convaincre le lecteur que certains peuples se laissent aveugler par le comportement des "princes"qui, eux, ne veulent pas voir leur peuple s'éclairer et donc ils veulent garder le pouvoir absolu.
Par ailleurs, dans ce combat, les philosophes aiment utiliser une arme bien spécifique: l'ironie.Utilisée pendant la censure, elle permet à l'auteur d'attaquer tout en se protégeant. L'ironie a alors pour effet de provoquer la surprise, puis la réflexion et une interrogation sur le serieux de celuiqui l'utilise. L'ironie est donc utilisée par un grand nombre de philosophes dont Voltaire dans Candide qui dénonce l'esclavage aux travers des aventures de ce jeune naïf. Quand celui-ci rencontre unesclave, ce dernier lui raconte sa vie comme tel, sans pour autant avoir un quelconques sentiment. A travers la phrase "l'honneur d'être esclave de nos seigneur les blancs", le lecteur peut observer...